Archives mensuelles : octobre 2014

Mille et une façons de composter, même à Montréal

Aimée

Lorsque je discute avec les gens de la gestion des déchets (ça ne m’arrive pas si fréquemment, mais bon!), ce que j’entends le plus souvent, c’est: «Moi, je recycle presque tout; donc, si je jette juste des pelures de légumes, ce n’est pas très polluant.» À moins que vous ne jetiez vos épluchures de carottes dans un coin de votre cour, vous faites malheureusement erreur. Dans les grands sites d’enfouissement, la concentration de déchets est si grande que le liquide que produisent les matières organiques en se décomposant, le lixiviat – plus prosaïquement appelé «jus de poubelle» –, s’infiltre en masse dans les sols, les polluant et atteignant les nappes d’eau souterraines. Heureusement, on peut contrecarrer ces effets d’une manière simple et pratique: le compost, qui a l’heureux avantage d’être utile de manière concrète à moyen terme.

Comme la plupart des habitudes «vertes», le compost est souvent perçu comme quelque chose de compliqué. Pour ma part, je ne vois pas ce qu’il y a de plus difficile à mettre ses déchets dans un bac plutôt que dans un autre. Enfin. En plus des résidus de fruits et légumes, on peut y déposer des coquilles d’œufs, du café et du thé infusé de même que les filtres et poches qui viennent avec, des cheveux et des poils d’animaux, des ongles, des produits céréaliers, du papier journal, des feuilles mortes…

Vous pouvez bien entendu vous fabriquer ou vous procurer un bac et faire votre propre compost chez vous. Dans ce cas, je vous conseille de télécharger ce guide très pratique. Cependant, si vous êtes en ville, vous manquez peut-être d’espace pour ce faire, ou alors vous vous dites: «C’est bien beau, mais je vais faire quoi avec tout ça après, si je n’ai pas de jardin?»

Composter en ville

La Ville de Montréal a mis en place au cours des dernières années plusieurs mesures pour favoriser le compostage (malheureusement, je ne suis pas très au fait des politiques des autres villes; n’hésitez pas à les mentionner dans les commentaires si vous en connaissez!). Tout d’abord, quelques arrondissements, dont ceux de Rosemont et du Sud-Ouest, font la collecte de compost à domicile dans certains de leurs secteurs, un projet pilote qui, on l’espère, s’étendra bientôt à la municipalité en entier. Si votre arrondissement offre ce service, vous le savez sûrement, parce qu’on vous aura remis un beau bac brun que vous pouvez sortir devant chez vous chaque semaine sans vous casser la tête.

Si vous avez peur que ça sente, sachez que vous pouvez congeler vos sacs de compost en attendant de vous en départir. Le bicarbonate de soude est aussi un bon allié pour prévenir les odeurs.

D’autres arrondissements, dont Le Sud-Ouest, mettent à la disposition des citoyens des sites de dépôt volontaire. Dans ce cas, vous devez vous inscrire au service sur Internet ou par téléphone. On vous convoquera à une formation éclair d’une dizaine de minutes à l’un des sites, où on vous remettra un petit bac pour votre cuisine et la combinaison du cadenas verrouillant la boîte (pour éviter que tout un chacun jette n’importe quoi dans le bac). Ensuite, vous n’avez qu’à aller déposer vos déchets à votre convenance. Pour ma part, j’ai plusieurs boîtes de dépôt tout près de chez moi. Ce qui est pratique dans ce cas, c’est qu’on n’a pas à attendre le jour de la collecte: quand c’est plein, on vide notre bac, et voilà!

Un des sites de dépôt volontaire du Sud-Ouest. Source: Radio-Canada.ca

Le compost de la Ville est industriel; parce que la température qui y est atteinte est plus élevée que dans un bac domestique, le risque que des bactéries nocives s’y développent est moindre; on y accepte donc plus de matières, entre autres les produits laitiers, les résidus de viande et les os.

Plusieurs Éco-Quartiers de Montréal, dont ceux de Pointe-Saint-Charles, d’Hochelaga et de Sainte-Marie, administrent leurs propres sites de compostage collectif. Pour y avoir accès, il suffit de les contacter. De plus petite envergure, ces sites de quartier sont indépendants et ne recueillent pas tous les déchets que la Ville accepte de son côté. Dans certains arrondissements encore, notamment ceux de Sainte-Marie, du Sud-Ouest et d’Ahuntsic, vous pouvez vous procurer à moindre coût des compostières subventionnées.

En résumé, le plus simple est de vous informer d’abord auprès de votre arrondissement, puis de votre Éco-Quartier pour connaître les différentes options qui s’offrent à vous dans votre quartier.

Compost Montréal

Enfin, si aucune de ces solutions n’est disponible dans votre secteur, ou si aucune ne vous convient, il existe une compagnie privée qui s’occupe de la collecte de compost à domicile: Compost Montréal. À votre inscription, Compost Montréal vous fournit un bac en plastique blanc et un sac compostable. Chaque semaine, vous sortez votre bac sur votre balcon ou au bas de votre escalier et on vient le vider, avant d’y laisser un sac neuf. Une fois par année, vous avez l’option de recevoir ou non quelques livres de compost «fini». Différents plans de paiement sont offerts. J’ai fait affaire avec Compost Montréal pendant plusieurs années avant que la Ville n’offre le compostage communautaire dans mon quartier. Le service était impeccable.

Malheureusement, Compost Montréal doit absolument trouver un nouveau terrain pour poursuivre ses activités: «L’espace qui est utilisé présentement pour traiter les résidus organiques est maintenant destiné à l’entreposage et [au] stationnement des équipements utilisés par le département de la Voirie de l’arrondissement du Sud-ouest, […] en vue de la démolition imminente de l’échangeur Turcot», peut-on lire sur son site. La compagnie, qui bénéficie actuellement d’un sursis pour pouvoir continuer de desservir ses clients, recherche activement une solution à long terme.

Vous voulez aider? Pour en savoir plus sur les retombées écologiques et sociales du site, ainsi que sur la lutte actuelle des employés de Compost Montréal pour trouver un nouvel emplacement, cliquez ici. Vous pouvez aussi signer cette pétition en ligne pour leur témoigner votre soutien. Enfin, vous pouvez contribuer financièrement en faisant un don ici (on vous y encourage fortement!).

Source: Compost Montréal
Source: Compost Montréal

Vous verrez: composter est une habitude facile à prendre qui a plusieurs retombées concrètes. 🙂

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

Publicités

C’est le temps des courges!

Léonie

Savez-vous apprêter la courge? Voici deux courges que j’adore, chacune avec une recette pour vous aider à l’apprivoiser.

Courges
Courge butternut et courge spaghetti

Courge butternut

La courge butternut est parfaite pour les potages. Voici celui que je fais chaque automne. Les quantités sont à titre indicatif, car je ne mesure pas vraiment quand je fais cette recette.

Potage automnal

  • 8 tasses de bouillon de légumes (ou poulet)
  • 1 courge butternut pelée, vidée et coupée en cubes
  • 1 grosse pomme cortland pelée et coupée en morceaux
  • 1 patate douce pelée et coupée en morceaux
  • 1 oignon moyen coupé en morceaux
  • 2 gousses d’ail émincé (ou pressé)
  • 1 c. à soupe de gingembre
  • 1 c. à soupe de cari et/ou curcuma (je mets des deux)
  • 1 c. à soupe d’huile végétale
  • sel au goût

Une fois les ingrédients coupés en cubes, verser de l’huile dans un grand chaudron et mettre l’ail et l’oignon. Faire cuire à feu moyen pendant 2-3 minutes.

Ajouter le bouillon de légumes, la courge, la patate, porter à ébullition à feu moyen et laisser mijoter à feu doux ensuite.

Après 15 minutes, ajouter la pomme, le curcuma, le cari et le sel. Laisser cuire encore 15 minutes (30 en tout).

Quand la courge et la patate se laissent piquer facilement avec une fourchette, fermer le rond du four. Avec un mélangeur à main, réduire en purée et servir. Si vous le désirez, vous pouvez ajouter de la crème au potage.

Potage
Potage automnal

Courge spaghetti

Comme son nom l’indique, la courge spaghetti peut remplacer les pâtes. À 31 calories pour 100 grammes (versus 158 calories pour les pâtes), on serait fou de s’en passer!

Comment apprêter la courge spaghetti? On la coupe en deux, on enlève les pépins et on la met au four, la face coupée contre la plaque, environ 45 minutes à 350F. Pour savoir si elle est prête, grattez l’intérieur avec une fourchette. Si elle se gratte facilement en filaments, elle est prête! On compte environ ½ courge par personne.

La courge spaghetti peut être servie avec n’importe quelle sauce à pâte. Je vous laisse ici une recette que j’aime particulièrement.

Courge spaghetti à la saveur méditerranéenne

  • 1 courge spaghetti
  • 1 sachet de pesto aux tomates séchées Le Grand (ou pesto maison)
  • 2 gousses d’ail émincé (ou pressé)
  • ½ tasse d’olives noires tranchées
  • ¼ tasse de noix de pin
  • 1 c. à thé d’huile végétale
  • sel et poivre au goût
  • Légumes au goût (j’ajoute parfois du kale et des champignons)

Environ 15 minutes avant la fin de la cuisson de la courge au four, verser l’huile dans une grande casserole et faire sauter l’ail. Ajouter les légumes. Après 2-3 minutes, ajouter le pesto, les noix de pin et les olives. Une fois la courge cuite, gratter avec une cuillère afin d’en faire des spaghettis. Mélanger le tout et servir.

Courge spaghetti
Courge spaghetti (trop cuite, malheureusement)

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

Se laver les cheveux au naturel

Léonie

J’ai perdu une grande partie de ma chevelure à l’âge de 16 ans à cause des traitements de chimiothérapie. Heureusement, ils ont repoussé, mais, depuis ce temps, mes cheveux sont sacrés.

Je pense qu’il est important de minimiser l’exposition aux ingrédients artificiels et modifiés et d’opter plutôt pour des produits naturels lorsqu’on parle de beauté. Je ris toujours quand j’entends quelqu’un dire que son corps est un temple, mais l’idée de base est tout de même logique; il est important de bien choisir ce qu’on utilise pour prendre soin de nous.

Je partage avec vous aujourd’hui mes impressions sur quelques recettes que j’ai testées. Les résultats des produits capillaires dépendent souvent de notre type de cheveux. Pour ma part, mes cheveux sont épais et ils frisottent naturellement, surtout autour du visage. Ils sont de type normal et ils deviennent gras après 3 jours sans lavage.

Shampoing au thé vert

  • 4 poches de thé vert dans 2 tasses d’eau chaude
  • 2 cuillérées à table de bicarbonate de soude
  • 5 gouttes d’huile de melaleuca (tea tree)

Mettre les poches de thé dans 2 tasses d’eau chaude et laisser infuser 5 minutes. Enlever ensuite les poches de thé et ajouter le bicarbonate de soude et l’huile de melaleuca et mélanger.

Revitalisant au vinaigre de cidre de pomme

  • 1 ½ tasse d’eau
  • ½ tasse de vinaigre de cidre de pomme
  • 1 cuillérée à table de gel d’aloès vera
  • 10 gouttes d’huile essentielle de votre choix

Aimée (dont le cheveu fin ne frise pas et a tendance à devenir gras rapidement) et moi avons toutes les deux testé cette recette et nous sommes arrivées à peu près à la même conclusion. Comme ces produits sont liquides et ne moussent pas, il est difficile de savoir si on en a mis partout. On a donc utilisé beaucoup de liquide. Par contre, nos cheveux étaient propres et ils n’étaient pas gras.

De mon côté, j’ai trouvé ma chevelure terne et il m’était difficile de contrôler mes frisottis. De plus, j’aime l’odeur de fleurs et de fruits que l’on retrouve dans les shampoings et, avec cette recette maison, ma chevelure ne sentait pas grand-chose.

LUSH

J’ai essayé chez LUSH le shampoing Panoramix et le revitalisant Végétalien. Les deux produits étaient efficaces et j’ai trouvé ma chevelure belle. Le shampoing solide n’est pas pratique, car on doit le mettre dans un endroit sec pour éviter qu’il ne fonde. Moi qui aime avoir une tignasse de lionne, j’ai trouvé que le revitalisant laissait mes cheveux souples et légers. L’odeur était bien, mais j’ai trouvé que je sentais un peu « hippie ». J’aurais préféré une odeur plus florale. Finalement, je dois avouer que je n’achète pas souvent les produits LUSH, car je les trouve un peu chers.

lush panoramixLush Veganese_conditioner

Le point de vue d’Aimée: Pour les cheveux gras, le shampoing J’adore les jus est magique. Il sent si bon les agrumes qu’on aurait effectivement envie de boire la bouteille! Rarement mes cheveux ont aussi bien réagi à un shampoing. Le désavantage: si vous avez les cheveux teints, ce produit risque de vous les décaper et de tuer votre couleur. **

Produits Live Clean

J’ai découvert cette gamme de produits dans le bas des tablettes d’une pharmacie près de chez moi et, depuis, je ne peux m’en passer.

Offrant des choix de shampoings et de revitalisants pour tous les types de cheveux, les produits canadiens Live Clean sont respectueux de l’environnement, végétaliens, non testés sur les animaux et ils renferment plusieurs ingrédients biologiques. Tout ça pour moins de 7$ la bouteille (5$ lorsqu’ils sont en spécial).

live clean apple cider vinegarlive clean pink fire

Les produits à l’huile d’argan et ceux à l’huile de bali étant trop gras pour les cheveux, j’utilise plutôt la gamme Pink Fire et celle au vinaigre de cidre de pomme. Avec ces produits, mes cheveux sont doux, faciles à coiffer et ils ont une fraîche odeur digne des beaux jours d’été.

Les produits Live Clean sont offerts dans la plupart des pharmacies.

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

Pour des pieds au sec (et inodores…)

Aimée

Je pense que si, un jour, une bombe atomique explose sur Terre, en plus des coquerelles il va rester le champignon responsable du pied d’athlète. Cette chose est INDESTRUCTIBLE.

On peut toutefois concentrer ses efforts à le prévenir, s’il n’est pas déjà trop tard, ou à le contrôler, si le mal est fait, et le meilleur moyen d’y parvenir est de garder ses pieds au sec. Pour m’aider dans cette difficile tâche, je me suis procuré la poudre P pour Pied de LUSH (bien oui, encore eux), qui nous promet d’absorber la sueur, de nous garder au frais et à laquelle sont entre autres ajoutés de l’extrait de melaleuca (tea tree) et des agents antifongiques (bons pour prévenir, mais pas assez puissants pour guérir).

Je me suis acheté cet hiver de petites ballerines Croc. Je les ai prises sans trous, parce que je trouvais ça moins laid (souvent les gens sont étonnés quand je leur dis que ce sont des Croc). Or, le plastique, ça ne respire pas vraiment. J’ai essayé la poudre de Lush dans mes souliers par une journée chaude à l’humidité écrasante à New York. Au bout de deux heures de marche dans Central Park, j’ai commencé à sentir que mes pieds se mettaient à suer. Dans ces conditions, je décrète que c’est un produit vraiment efficace, parce que normalement ça ne m’aurait pas pris cinq minutes.

(En passant, j’ai le droit de me vanter que je me suis promenée à Central Park; je viens de vous avouer que j’ai du pied d’athlète chronique, fait que.)

J’en ai aussi mis sur mes pieds avant un cours de yoga de 75 minutes, et mes pieds ont vraiment bien adhéré au tapis. Je me promets de réessayer sur mes mains, pour arrêter de gigoter comme un ver dès qu’on reste plus que deux secondes dans le chien tête en bas.

Et pour ceux qui se posent la question: oui, des Croc, ça vaut la peine (pour les modèles qui ont l’air de souliers et non pas de fromage gruyère). C’est confo, c’est solide, ça se LAVE, et j’ai même découvert que ça s’agrandit et se rétrécit quasiment à volonté. Avec ma petite poudre, je suis bien satisfaite!

Encore une fois, cette poudre ne peut pas guérir un problème de pied d’athlète, mais vous aidera à le prévenir, à être plus à l’aise et à moins sentir. Je la traîne avec moi, j’en mets avant mes cours de danse – des chaussons de ballet, ça pue vite, vous croiriez pas ça. Et, même si j’ai l’air hors saison avec mon truc de pieds qui suent, n’oublient pas que les bottes d’hiver ne pardonnent pas. WINTER IS COMING!!! 😉

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

IMG_0651.JPG

Mes favoris chez LUSH

Reik

Bonjour, lectrices et lecteurs du blogue danslechamp.ca! Je suis Reik et je tiens d’emblée à remercier mes amies Aimée et Léonie de me donner la chance d’écrire sur leur blogue bien intéressant. Je connais ces filles depuis le Collège! J’écris régulièrement sur un autre blogue, Tornade Rousse, à propos de la beauté et de la mode, pour un auditoire masculin. J’ai voulu écrire sur ce blogue-ci afin d’approfondir certains thèmes qui me tiennent à cœur, dont la santé des hommes. Toutefois, j’ai voulu aujourd’hui vous faire part de mes coups de cœur chez un favori de beaucoup de gens, LUSH!

Tout d’abord, voici deux produits issus de leur nouvelle gamme autoconservante. Il s’agit donc de produits vedettes exemptés d’agents de conservation. C’est une tâche ardue, car les produits de LUSH contiennent de l’eau et c’est une source importante de prolifération des bactéries. Helen Ambrosen, la cofondatrice de LUSH, passa les deux dernières années à mettre au point ces petits bijoux de cosmétiques. L’équipe diminua les quantités d’eau, tout en ajoutant du miel, du sel marin ou de l’argile, qui sont des ingrédients réputés pour lutter contre les microorganismes.

J’ai tellement envie de dévorer l’exfoliant Sel Océanique! Lisez bien les ingrédients et vous aurez l’impression de vous exfolier la peau avec un cocktail exotique bien frais: jus de lime macéré dans de la vodka, sel marin au pouvoir nettoyant et assainissant, beurre d’avocat biologique, extrait de pamplemousse qui redonne au teint tout son tonus, et beurre de karité. La formule ne contient donc pas d’agents de conservation ou d’émulsifiants synthétiques. Le produit est végétalien. Il faut faire très attention de ne pas étaler l’exfoliant près des yeux et des endroits fraîchement rasés. Le sel pourrait vous brûler la peau. $21,95 pour le format de 120g.

Lushchamp1

Les peaux grasses et sujettes à l’acné seront émerveillées par le masque à la crème de menthe. Le gel de bentonite et le kaolin absorbent les huiles, tandis que le miel a une action antibactérienne connue pour combattre en douceur la prolifération de la bactérie responsable de l’acné. L’huile de menthe est astringente et décongestionne la peau. L’odeur rappelle les chocolats After Eight! Pour ceux qui ont de l’acné dans le dos, demandez à votre douce moitié d’appliquer ce masque sur votre arrière-corps avant de prendre votre douche. Il faut attendre 15 petites minutes, le temps que ça sèche, et on rince! J’ai éliminé l’acné sur mes épaules grâce à ce masque, et ce, en 2 semaines. $12,95 pour le format de 125g.

Saviez-vous que la fraise pouvait être votre parfaite partenaire pour le rasage? Le savon à raser à la fraise À poil est votre nouveau chouchou! La texture est aussi moelleuse que de la guimauve, le parfum de sorbet à la fraise est invitant et le rasage se fait sans chichis. $9,95 pour le format de 70g.

lushchamp3

Saviez-vous que LUSH investit beaucoup de temps et de sous dans des causes qui lui tiennent à cœur? Par exemple, le Pot de bienfaisance contient de la lotion pour le corps. 100% du prix de vente de $25,95 va à de petits organismes caritatifs qui ont besoin de sous pour accomplir de belles choses. Vous voyez, acheter chez LUSH vous rend heureux, mais peut aussi servir à financer de grands projets dans des pays en voie de développement.

Au plaisir de vous concocter un nouvel article très bientôt, chers lecteurs et lectrices de Dans le champ!

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

Soigner son stress avec l’hypnose

Léonie

L’idée d’essayer l’hypnose me trottait dans la tête depuis un moment. Cette technique consiste à suggérer à l’inconscient une nouvelle façon de procéder pour ainsi changer une habitude plus facilement.

Sur Groupon, j’ai vu une offre pour une séance d’hypnose et je me suis dit que je n’avais pas grand-chose à perdre.

Avant

Il y a quelques années, j’avais été invitée sur scène pour un numéro avec un hypnotiseur avec 9 autres personnes. Il avait endormi tout le monde, sauf moi et un autre spectateur. Il m’avait alors chuchoté à l’oreille que j’étais trop tendue. La vérité était que je ne voulais pas me faire ridiculiser devant la foule.

J’ai demandé à Aimée de m’accompagner à mon rendez-vous. J’avoue que j’étais insécure à l’idée d’être impuissante physiquement face à un homme qui allait avoir un pouvoir de suggestion sur moi.

J’ai raconté à Aimée mon expérience sur scène et je lui ai dit que, selon moi, ça n’allait pas fonctionner. Il faut savoir qu’une partie de la population ne réagit pas à l’hypnose. Je croyais être de ceux-là.

Pendant

Quand nous sommes arrivées, le thérapeute nous a invitées à nous asseoir. Il m’a posé plusieurs questions (certaines très personnelles) afin de bien cerner mon type de personnalité et en savoir plus sur mon passé et mes problèmes.

Nous sommes ensuite montés à l’étage, dans une pièce où il y avait un fauteuil en cuir inclinable. Je me suis installée et j’ai fermé les yeux. Il m’a dit d’une voix très grave et calme de relaxer. Et d’imaginer un tableau. J’ai ouvert les yeux et je lui ai dit que j’en étais incapable. J’ai refermé les yeux. Il m’a dit que je devais me détendre. Après plusieurs minutes, il a compté jusqu’à 5 et je me suis sentie très détendue.

Le thérapeute a travaillé avec moi en état de semi-conscience. Ce qui veut dire que, physiquement, j’étais très détendue, mais, mentalement, j’étais tout à fait consciente. Je me rappelle de toute la séance.

Après

Je suis allée souper avec Aimée après mon rendez-vous. Je me sentais calme et bien. Cette sensation n’est restée que quelques jours. Par contre, il est important de dire que le thérapeute a mentionné qu’il fallait au moins 2-3 sessions pour soigner l’anxiété. Pour le moment, je n’ai pas l’intention d’y retourner. Pas parce que je n’y crois pas, mais parce que je n’ai pas les moyens pour l’instant de payer 80$ par session.

Avez-vous déjà essayé l’hypnose? J’aimerais entendre vos histoires…

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

Pour des lèvres zen

Aimée

Malheureusement, j’ai dû modifier ce billet depuis sa publication, après avoir découvert, à mon grand désarroi, que les produits Buddha Balm ne sont plus sur le marché. En attendant d’épuiser mes réserves (il m’en reste plein!), je vous donne quand même quelques trucs pour vos lèvres sèches.

Si vous suivez ce blogue depuis un bout, ou si vous me connaissez personnellement, vous savez sûrement que je suis une partisane de la «loi du moindre effort», surtout en ce qui concerne l’apparence. Il y a l’hygiène, qui est un passage obligé – sauf peut-être lors d’un mois sans shampoing! –, mais, pour le reste, je suis assez slack. C’est comme si les petits désagréments de la vie, comme avoir les mains ou les lèvres sèches, par exemple, ou encore avoir du vernis complètement écaillé sur les ongles, ne me faisaient pas un pli.

Je n’ai donc jamais été friande du baume à lèvres, c’est-à-dire du bon vieux lypsyl. Je n’en achetais que très rarement, pour le perdre quelque part et finalement ne jamais en mettre. Le pire, c’est que j’ai souvent les lèvres sèches; mon nez est presque constamment bouché, et donc je respire par la bouche. Je me promenais (et ça m’arrive encore) avec des croûtes blanches sur les lèvres, parfois à mon insu, parfois en toute connaissance de cause (je m’en fous), ce qui avait le don d’exaspérer mon chum.

Finalement, lors d’un voyage aux États-Unis, j’ai découvert le seul baume à lèvres qui a déjà trouvé grâce à mes yeux : le Buddha Balm, qui malheureusement n’est plus sur le marché aujourd’hui (tout le monde ensemble: hooooon!!!). C’était une marque qui se vantait de produire un baume naturel, à base de plantes (de soya surtout), offrant une protection solaire grâce à l’oxyde de zinc qui y était ajouté. Sans parabène, sans produit à base de pétrole, sans agents de conservation chimique. Mais, surtout, c’était un produit super efficace. Selon moi, il goûtait bon, et on nous envoyait toujours plein de petits collants avec des messages zen quand on commandait – j’aimais tellement ça que je le faisais venir en paquets de douze des États-Unis. 😦

Source: buddhabrand.com/products/

Vous avez sans doute déjà entendu parler des fameuses marques de lypsyl dans lesquelles on ajoute un agent – de l’alcool – qui fait en sorte qu’on en devient dépendant: on se sent mieux pendant quelque temps, puis nos lèvres s’assèchent et on a besoin d’en réappliquer sans cesse. Buddha Balm basait son marketing là-dessus, affirmant que son produit était efficace et «honnête». Mon amie Isabelle peut en témoigner: elle qui se mettait du baume à longueur de journée (7 à 8 fois par jour, selon ses dires, ce qui me semble une montagne), elle n’appliquait du Buddha Balm que deux  fois par jour.

Alors, faites vos vérifications: regardez avant d’acheter si votre baume contient, premièrement, de l’alcool, et voyez si vos lèvres ne sont pas tout à coup lisses plus longtemps; de plus, vous pouvez essayer ceux avec oxyde de zinc pour une protection solaire naturelle, non chimique. Faites-moi part de vos suggestions si vous en avez! Je suis en deuil!

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.