Pour des lèvres zen

Aimée

Malheureusement, j’ai dû modifier ce billet depuis sa publication, après avoir découvert, à mon grand désarroi, que les produits Buddha Balm ne sont plus sur le marché. En attendant d’épuiser mes réserves (il m’en reste plein!), je vous donne quand même quelques trucs pour vos lèvres sèches.

Si vous suivez ce blogue depuis un bout, ou si vous me connaissez personnellement, vous savez sûrement que je suis une partisane de la «loi du moindre effort», surtout en ce qui concerne l’apparence. Il y a l’hygiène, qui est un passage obligé – sauf peut-être lors d’un mois sans shampoing! –, mais, pour le reste, je suis assez slack. C’est comme si les petits désagréments de la vie, comme avoir les mains ou les lèvres sèches, par exemple, ou encore avoir du vernis complètement écaillé sur les ongles, ne me faisaient pas un pli.

Je n’ai donc jamais été friande du baume à lèvres, c’est-à-dire du bon vieux lypsyl. Je n’en achetais que très rarement, pour le perdre quelque part et finalement ne jamais en mettre. Le pire, c’est que j’ai souvent les lèvres sèches; mon nez est presque constamment bouché, et donc je respire par la bouche. Je me promenais (et ça m’arrive encore) avec des croûtes blanches sur les lèvres, parfois à mon insu, parfois en toute connaissance de cause (je m’en fous), ce qui avait le don d’exaspérer mon chum.

Finalement, lors d’un voyage aux États-Unis, j’ai découvert le seul baume à lèvres qui a déjà trouvé grâce à mes yeux : le Buddha Balm, qui malheureusement n’est plus sur le marché aujourd’hui (tout le monde ensemble: hooooon!!!). C’était une marque qui se vantait de produire un baume naturel, à base de plantes (de soya surtout), offrant une protection solaire grâce à l’oxyde de zinc qui y était ajouté. Sans parabène, sans produit à base de pétrole, sans agents de conservation chimique. Mais, surtout, c’était un produit super efficace. Selon moi, il goûtait bon, et on nous envoyait toujours plein de petits collants avec des messages zen quand on commandait – j’aimais tellement ça que je le faisais venir en paquets de douze des États-Unis. 😦

Source: buddhabrand.com/products/

Vous avez sans doute déjà entendu parler des fameuses marques de lypsyl dans lesquelles on ajoute un agent – de l’alcool – qui fait en sorte qu’on en devient dépendant: on se sent mieux pendant quelque temps, puis nos lèvres s’assèchent et on a besoin d’en réappliquer sans cesse. Buddha Balm basait son marketing là-dessus, affirmant que son produit était efficace et «honnête». Mon amie Isabelle peut en témoigner: elle qui se mettait du baume à longueur de journée (7 à 8 fois par jour, selon ses dires, ce qui me semble une montagne), elle n’appliquait du Buddha Balm que deux  fois par jour.

Alors, faites vos vérifications: regardez avant d’acheter si votre baume contient, premièrement, de l’alcool, et voyez si vos lèvres ne sont pas tout à coup lisses plus longtemps; de plus, vous pouvez essayer ceux avec oxyde de zinc pour une protection solaire naturelle, non chimique. Faites-moi part de vos suggestions si vous en avez! Je suis en deuil!

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s