Mille et une façons de composter, même à Montréal

Aimée

Lorsque je discute avec les gens de la gestion des déchets (ça ne m’arrive pas si fréquemment, mais bon!), ce que j’entends le plus souvent, c’est: «Moi, je recycle presque tout; donc, si je jette juste des pelures de légumes, ce n’est pas très polluant.» À moins que vous ne jetiez vos épluchures de carottes dans un coin de votre cour, vous faites malheureusement erreur. Dans les grands sites d’enfouissement, la concentration de déchets est si grande que le liquide que produisent les matières organiques en se décomposant, le lixiviat – plus prosaïquement appelé «jus de poubelle» –, s’infiltre en masse dans les sols, les polluant et atteignant les nappes d’eau souterraines. Heureusement, on peut contrecarrer ces effets d’une manière simple et pratique: le compost, qui a l’heureux avantage d’être utile de manière concrète à moyen terme.

Comme la plupart des habitudes «vertes», le compost est souvent perçu comme quelque chose de compliqué. Pour ma part, je ne vois pas ce qu’il y a de plus difficile à mettre ses déchets dans un bac plutôt que dans un autre. Enfin. En plus des résidus de fruits et légumes, on peut y déposer des coquilles d’œufs, du café et du thé infusé de même que les filtres et poches qui viennent avec, des cheveux et des poils d’animaux, des ongles, des produits céréaliers, du papier journal, des feuilles mortes…

Vous pouvez bien entendu vous fabriquer ou vous procurer un bac et faire votre propre compost chez vous. Dans ce cas, je vous conseille de télécharger ce guide très pratique. Cependant, si vous êtes en ville, vous manquez peut-être d’espace pour ce faire, ou alors vous vous dites: «C’est bien beau, mais je vais faire quoi avec tout ça après, si je n’ai pas de jardin?»

Composter en ville

La Ville de Montréal a mis en place au cours des dernières années plusieurs mesures pour favoriser le compostage (malheureusement, je ne suis pas très au fait des politiques des autres villes; n’hésitez pas à les mentionner dans les commentaires si vous en connaissez!). Tout d’abord, quelques arrondissements, dont ceux de Rosemont et du Sud-Ouest, font la collecte de compost à domicile dans certains de leurs secteurs, un projet pilote qui, on l’espère, s’étendra bientôt à la municipalité en entier. Si votre arrondissement offre ce service, vous le savez sûrement, parce qu’on vous aura remis un beau bac brun que vous pouvez sortir devant chez vous chaque semaine sans vous casser la tête.

Si vous avez peur que ça sente, sachez que vous pouvez congeler vos sacs de compost en attendant de vous en départir. Le bicarbonate de soude est aussi un bon allié pour prévenir les odeurs.

D’autres arrondissements, dont Le Sud-Ouest, mettent à la disposition des citoyens des sites de dépôt volontaire. Dans ce cas, vous devez vous inscrire au service sur Internet ou par téléphone. On vous convoquera à une formation éclair d’une dizaine de minutes à l’un des sites, où on vous remettra un petit bac pour votre cuisine et la combinaison du cadenas verrouillant la boîte (pour éviter que tout un chacun jette n’importe quoi dans le bac). Ensuite, vous n’avez qu’à aller déposer vos déchets à votre convenance. Pour ma part, j’ai plusieurs boîtes de dépôt tout près de chez moi. Ce qui est pratique dans ce cas, c’est qu’on n’a pas à attendre le jour de la collecte: quand c’est plein, on vide notre bac, et voilà!

Un des sites de dépôt volontaire du Sud-Ouest. Source: Radio-Canada.ca

Le compost de la Ville est industriel; parce que la température qui y est atteinte est plus élevée que dans un bac domestique, le risque que des bactéries nocives s’y développent est moindre; on y accepte donc plus de matières, entre autres les produits laitiers, les résidus de viande et les os.

Plusieurs Éco-Quartiers de Montréal, dont ceux de Pointe-Saint-Charles, d’Hochelaga et de Sainte-Marie, administrent leurs propres sites de compostage collectif. Pour y avoir accès, il suffit de les contacter. De plus petite envergure, ces sites de quartier sont indépendants et ne recueillent pas tous les déchets que la Ville accepte de son côté. Dans certains arrondissements encore, notamment ceux de Sainte-Marie, du Sud-Ouest et d’Ahuntsic, vous pouvez vous procurer à moindre coût des compostières subventionnées.

En résumé, le plus simple est de vous informer d’abord auprès de votre arrondissement, puis de votre Éco-Quartier pour connaître les différentes options qui s’offrent à vous dans votre quartier.

Compost Montréal

Enfin, si aucune de ces solutions n’est disponible dans votre secteur, ou si aucune ne vous convient, il existe une compagnie privée qui s’occupe de la collecte de compost à domicile: Compost Montréal. À votre inscription, Compost Montréal vous fournit un bac en plastique blanc et un sac compostable. Chaque semaine, vous sortez votre bac sur votre balcon ou au bas de votre escalier et on vient le vider, avant d’y laisser un sac neuf. Une fois par année, vous avez l’option de recevoir ou non quelques livres de compost «fini». Différents plans de paiement sont offerts. J’ai fait affaire avec Compost Montréal pendant plusieurs années avant que la Ville n’offre le compostage communautaire dans mon quartier. Le service était impeccable.

Malheureusement, Compost Montréal doit absolument trouver un nouveau terrain pour poursuivre ses activités: «L’espace qui est utilisé présentement pour traiter les résidus organiques est maintenant destiné à l’entreposage et [au] stationnement des équipements utilisés par le département de la Voirie de l’arrondissement du Sud-ouest, […] en vue de la démolition imminente de l’échangeur Turcot», peut-on lire sur son site. La compagnie, qui bénéficie actuellement d’un sursis pour pouvoir continuer de desservir ses clients, recherche activement une solution à long terme.

Vous voulez aider? Pour en savoir plus sur les retombées écologiques et sociales du site, ainsi que sur la lutte actuelle des employés de Compost Montréal pour trouver un nouvel emplacement, cliquez ici. Vous pouvez aussi signer cette pétition en ligne pour leur témoigner votre soutien. Enfin, vous pouvez contribuer financièrement en faisant un don ici (on vous y encourage fortement!).

Source: Compost Montréal
Source: Compost Montréal

Vous verrez: composter est une habitude facile à prendre qui a plusieurs retombées concrètes. 🙂

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Mille et une façons de composter, même à Montréal »

  1. La collecte des matières compostables va bientôt commencer dans l’arrondissement Saint-Laurent! Par contre, au début, ce sera disponible pour les bâtiments de moins de 8 logements (donc pas moi)… mais il se peuvent que je glisse mes trucs dans le bac d’un voisin en attendant. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s