Archives mensuelles : juin 2015

Campagne #GayIsOK de Lush

Léonie

Nous avons été témoins d’un moment historique: la Cour suprême des États-Unis a légalisé le mariage homosexuel dans tout le pays. Évidemment, c’est une belle victoire, mais il reste beaucoup de chemin à faire pour que le mariage gai soit légalisé mondialement. À ce jour, l’homosexualité est considérée comme un crime dans 76 pays.

image001.png@01D0A9B7.68ED5D00Lush a lancé la semaine dernière la campagne #GayIsOk afin de soutenir des organismes et groupes défendant l’égalité pour tous un peu partout dans le monde. Le savon Amour (5,95 $ les 120 g) à l’huile de noix de coco et aux huiles essentielles de feuille de cannelier et d’ylang-ylang est offert en ligne et dans une boutique Lush près de chez vous. Les profits de la vente du produit seront versés à des groupes luttant pour les droits des LGBTQ.11692794_1038138329531551_686640309264835337_n

La campagne #GayIsOk se déroulera dans 825 boutiques Lush et en ligne jusqu’au 4 juillet. Vous pouvez aider à passer le mot en partageant la campagne sur les médias sociaux. Cliquez ici pour plus de détails.

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Publicités

Le Cep d’Argent, un vignoble québécois

Aimée

IMG_0853Les produits du terroir québécois sont généralement bien connus, mais, en ce qui concerne l’alcool, j’admets que ma connaissance se limite plutôt à la bière et au cidre de glace (miam!). Pourtant, il y a quelques années, Léonie et moi avons découvert Le Cep d’Argent, un vignoble des Cantons de l’Est, grâce à son kir Fleur de Lys. Je suis une grande amatrice de cassis, allant jusqu’à dénaturer le Shirley Temple en mettant de la liqueur de cassis dans mon 7-up plutôt que de la grenadine. Mais c’était la première fois que je voyais un kir «assemblé». En fait, avant de lire l’appellation, j’étais sûre qu’il s’agissait d’un vin rosé.

Nous avons tellement aimé le Fleur de Lys que, pour notre première expérience, nous sommes ressorties dans la neige nous en chercher une deuxième bouteille le soir même. Depuis, nous en achetons compulsivement… quand nous en trouvons! En effet, les produits du Cep d’Argent ne sont pas offerts dans toutes les SAQ et il faut souvent chercher pour les dénicher, même dans les plus grosses surfaces comme celle du Marché Atwater. C’est pourquoi cet hiver, quand nous étions dans le coin de Magog, nous avons bravé une tempête de neige – eh oui! encore! Cette fois, en voiture! – pour nous rendre sur place et en acheter… une caisse!

IMG_0857Lorsque la saison le permet, il est possible de visiter le vignoble. Différents forfaits sont proposés. Pour notre part, nous avons dû nous contenter d’explorer la boutique, à cause de la date de notre visite. Outre ceux fabriqués sur place, différents produits du terroir, comme des terrines, des huiles, des chocolats, y sont en vente. Nous y avons d’ailleurs fait quelques découvertes gourmandes en plus.

Nous avons eu la chance de déguster les vins et alcools de l’endroit, avant de faire notre choix. Nous sommes ressorties avec un bel assortiment. Avec une caisse de douze bouteilles, vendues à un prix légèrement inférieur qu’à la SAQ, on obtient une bouteille gratuite. Bien entendu, si vous ne pouvez aller magasiner sur place, vous pouvez consulter le site de la SAQ pour trouver ces vins dans une succursale près de chez vous. Il est aussi possible de passer une commande en ligne sur le site du vignoble.

Nos achats:

– 1 caisse de kir Fleur de Lys: un goût très sucré dont vous ne pourrez assurément plus vous passer! Excellent en apéro et pour les soirées d’été, en particulier pour ceux et celles qui aiment les boissons fruitées. Plus léger qu’une sangria!

– 1 caisse mi-blanc, mi-rouge pour nos amies. Le blanc se nomme Le Cep d’Argent; quand nous y avons goûté pour la première fois au vignoble, Léonie et moi l’avions trouvé un peu fade, car nous le comparions avec le kir! Mais, quand nous en avons ouvert une bouteille par elle-même, nous l’avons trouvé très bon. Il a aussi un goût léger et subtil. Je le boirais en apéro, avec des entrées, mais pas avec des fromages forts ou d’autres plats à la saveur trop prononcée. (Bon, vous reconnaîtrez que je ne suis pas une grande connaisseuse en vin. Je fais de mon mieux!)

Le rouge qu’elles ont essayé était La Réserve. Pour ma part, je n’en ai pas bu, mais elles m’ont assuré qu’il avait quant à lui un goût beaucoup plus présent, très boisé, quand même un peu sucré. Celui-là conviendrait plus aux plats relevés, plus puissants. Elles l’aiment bien, et j’admets que de lire ceci me donne le goût de l’essayer finalement!

Enfin, je m’étais aussi procuré une bouteille de L’Archer, un vin fortifié un peu type vin de dessert, parce que son goût me rappelait celui du porto et J’ADORE le porto (si jamais vous cherchez quoi m’offrir pour mon anniversaire…). Je le trouve très bon, mais je n’en bois qu’une petite quantité à la fois, car il est à base de sirop d’érable et le goût de l’érable ne m’a jamais vraiment plu quand il est mélangé à autre chose… J’aime mon érable pur. 😉 Donc, après un petit verre que j’apprécie beaucoup, je suis un peu «écœurée» dans le sens que je me sens gavée pour la soirée et que j’ai eu ma dose d’érable! Cependant, si vous aimez ce goût, vous serez sûrement séduit ou séduite par L’Archer, et je vous le recommande. Pour ma part, je vais sûrement revenir au porto… même si, finalement, pour ma consommation, ce serait peut-être préférable que je m’en tienne à un verre par soir! 😉

IMG_0855

Comme vous pouvez le constater sur la photo ci-dessus, il existait des assortiments nommés La Tour, composés de petites bouteilles qui vous permettent de déguster et d’essayer cinq produits à la fois. Ceux-ci se trouvaient dans certaines SAQ;, mais, sur le site du vignoble que je consulte à l’instant, on indique qu’ils sont épuisés. À surveiller?

Il me reste encore d’autres alcools de là-bas à essayer, mais ce sera pour une autre fois! Et vous, connaissez-vous Le Cep d’Argent ou d’autres vignobles d’ici? Seriez-vous prêt et prête à l’essayer, ou avez-vous des préjugés contre les vins québécois? 😉

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Bloc polissoir pour une manucure express à petit prix

Léonie

Quand j’étais plus jeune, j’avais du vernis à ongles constamment sur les ongles. Mais il y a quelques années, j’ai découvert à quel point les vernis à ongles renfermaient des produits nocifs pour la santé et qui perturbent le système endocrinien. Depuis, j’en mets plus rarement et, quand je le fais, je choisis des vernis à ongles non dommageables pour ma santé.

Bloc01Lors d’une visite chez The Body Shop, une représentante m’a parlé du bloc polissoir (nail block) pour faire briller les ongles. La vendeuse me disait que, pour 5$, je pouvais avoir des ongles aussi beaux et brillants que si j’avais mis du vernis transparent. Tout ça sans même appliquer de produits! Évidemment, pour ce prix-là, je ne perdais pas grand-chose à l’essayer.

Depuis, ce petit bloc est un must lorsque je n’ai pas de vernis. Le bloc est un tout-en-un parfait pour la beauté des ongles . Il suffit de suivre les étapes (4 côtés, 4 étapes) pour obtenir un fini brillant impeccable. J’ai pris des photos pour vous montrer la différence, mais je tiens à dire que l’écart est encore plus flagrant en personne… Je vous le conseille fortement!

Bloc02 Bloc03

1ère photo, avec le bloc et 2e, sans le bloc.

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Spray désodorisant et désinfectant pour le linge

Aimée

Depuis que je fais de la danse orientale sérieusement, je possède plusieurs costumes coûteux et ouvragés dont il faut prendre soin. Pas question de mettre paillettes, pierres et broderies dans la laveuse! Cependant, Dieu sait si danser est une activité «salissante»… Quand on se donne… on sue et on pue, même dans de belles robes! 😉

Ma professeure Amalia m’a alors donné une recette de spray pour entretenir le costume et éliminer autant que possible les bactéries qui causent les mauvaises odeurs: il s’agit de mélanger une part de vodka avec une part d’eau dans un vaporisateur. Vous pouvez utiliser de l’alcool plus concentré et donc moins cher, mais assurez-vous de le diluer à proportion pour éviter d’endommager les tissus. Je vous conseille également de faire un petit test sur un coin de votre vêtement avant de le vaporiser totalement, au cas où le tissu déteindrait ou que les garnitures s’en trouveraient ternies.

Oups! Je suis à court de vodka.
Oups! Je suis à court de vodka.

Pour une meilleure odeur, vous pouvez aussi ajouter quelques gouttes d’huile essentielle. Je choisis la lavande, qui a aussi des propriétés antibactériennes. 🙂 J’ai aussi mis mon spray à profit lorsqu’on m’a donné un vêtement usagé qui avait séjourné chez des fumeurs. Ça m’a pris deux ou trois vaporisations, mais ça a été plus efficace qu’une nuit dehors et un lavage ordinaire. Je suis venue à bout de l’odeur de cigarette.

J’ai également utilisé la solution pour nettoyer mon voile de soie blanc, que je ne peux absolument pas mettre à la laveuse. Je pourrais le laver à la main, vu qu’il ne risque pas de déteindre, mais, pour avoir déjà voulu laver un voile de soie fuchsia, je ne le recommande pas non plus. Bref, mon voile avait jauni aux endroits où il entre en contact avec mes mains, et il était bien entendu un peu sale à force de séjourner sur les planchers de divers studios de danse. Le spray l’a aidé à blanchir un peu. C’est aussi vrai pour mon costume blanc, qui avait de bizarres de spots roses à certains endroits.

DSC_8140
Vade retro, laveuse! Tu ne mangeras pas mon costume de princesse.

Et voilà! N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires si vous l’essayez. 🙂

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

On aime: les bibliothèques libre-service

Léonie

Biblio libre-service01Dans Rosemont, depuis deux ans, un phénomène a pris de l’ampleur… les cabanes à livres. Si vous aimez lire et que vous ne connaissez pas encore ce concept, laissez-moi vous le faire découvrir…

Les petites cabanes en bois, souvent en forme de maison, sont fabriquées et installées devant des résidences ou des établissements afin de permettre aux résidants du quartier de prendre et de laisser des livres, gratuitement. Rejoignant le principe de l’entraide et du troc, ces bibliothèques libre-service sont un excellent moyen de donner tout en recevant.

Ma mère, qui n’a jamais été une grande lectrice lorsque j’habitais avec elle, a d’ailleurs découvert les romans à l’eau de rose grâce à ces biblios. Depuis, elle lit et remet tous les romans du type qu’elle y trouve! C’est donc un excellent moyen de faire découvrir la lecture aux jeunes et moins jeunes, et ce, sans débourser un sou! Certaines personnes y laissent également des magazines, des CD, des jeux et des DVD.

Les cabanes à livres découvertes dans Rosemont:

  • sur D’Iberville, près de Bellechasse (côté ouest);
  • sur Beaubien, entre la 1ère et la 2e Avenue (Église St-Marc, côté sud);
  • sur Dandurand, entre la 5e et la 6e Avenue;
  • sur Lafond, entre Masson et Laurier (côté ouest, au centre culturel);
  • sur Molson, près de Rachel (côté ouest, au CLSC);
  • dans la ruelle entre la 4e et la 5e Avenue, au sud de Rosemont

Les cabanes à livres découvertes sur le Plateau Mont-Royal:

  • sur De Lorimier, entre du Mont-Royal et Gilford (côté est)
  • sur Gilford, entre De Lorimier et Des Érables (côté nord)
  • sur de Lanaudière, entre Marie-Anne et du Mont-Royal (côté Est)


  • Petite Bourgogne CEDA, 2515 Rue Delisle

Dans Saint-Henri, on retrouve un concept un peu différent, des Machin-Ô-livres, administrées par les bibliothèques de l’arrondissement. On peut s’y procurer des livres à 1$ pièce, et il est possible de faire don de nos ouvrages usagés aux bibliothèques.

Avez-vous de telles cabanes dans votre coin? N’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires ou par courriel, en indiquant l’endroit et votre quartier, je les ajouterai à la liste avec plaisir!

MÀJ: les cabanes à livres sont bien vivantes à Laval! À l’initiative de Sophie Pouliot, une résidante de Pont-Viau, avec la collaboration du RUI (Revitalisation urbaine intégrée) du quartier et le financement du CRÉ (Conseil régional des élus), les maisonnettes lavalloises ont été conçues et réalisées par UNE entrepreneure. À l’occasion d’une fête collective, les gens du quartier ont été invités à mettre la main à la pâte en décorant les micro-bibliothèques. Les quatre (bientôt cinq) emplacements forment un circuit qu’on peut aisément parcourir à pied ou à vélo. Les propriétaires de ces emplacements forment un comité de parrains et marraines qui administre le projet démocratiquement. Sophie témoigne: «Je dois dire que je trouve très stimulant de participer à l’amélioration de mon quartier sur les plans à la fois social, esthétique et culturel. Sans compter la satisfaction de donner une deuxième vie aux livres et du plaisir de partager le bonheur de la lecture avec autrui. Qui plus est, je suis entourée d’une superbe équipe de marraines avec laquelle j’ai beaucoup de plaisir!»

Vous pouvez trouver les micro-bibliothèques de Laval aux adresses suivantes:

  • 384, chemin de la Tournelle;
  • 10, rue Saint-Eusèbe;
  • 159, rue du Poitou;
  • 225, rue La Fayette;
  • 317, rue Jubinville (à venir).

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Recueillir l’eau de pluie

Aimée

En Amérique du Nord, on a tendance à tenir l’eau pour acquise. Cependant, avec le réchauffement planétaire et la pollution galopante, l’eau potable sera de plus en plus considérée comme une richesse – malheureusement! Il convient d’éviter de la gaspiller le plus possible. D’ailleurs, à ceux qui ne se rendent qu’aux arguments économiques, vous pourrez expliquer que le traitement des eaux usées coûte extrêmement cher et qu’en y faisant attention, on peut épargner des millions! 😉

Un des bons trucs que j’ai lus récemment était de déposer les plats à recycler dans le fond de l’évier plutôt que de les rincer directement, afin que l’eau qu’on emploie pour nos activités quotidiennes (cuisiner, se laver les mains) coule dessus. D’une pierre deux coups! Sinon, il est possible de récupérer l’eau de cuisson, des pâtes par exemple, pour arroser vos plantes. Pour ma part, je récupère l’eau de pluie pour mon bromelia.

Mon bromelia quand il était en fleur!
Mon bromelia quand il était en fleur!

Le bromelia n’est pas une plante difficile à entretenir, mais qui préfère l’eau non calcaire. L’eau du robinet est donc à éviter dans la mesure du possible, c’est pourquoi je recueille l’eau de pluie. L’hiver, c’est facile; quand il y a de la belle neige blanche qui vient de tomber, je remplis un gros plat et la laisse fondre.

Pour la pluie elle-même, ça peut être plus compliqué qu’il n’y paraît! Au début, j’avais coupé le haut d’un deux litres de Pepsi vide… pour me rendre compte qu’il se renversait au moindre coup de vent! Finalement, j’ai pris un vieux bol de céramique dont je ne me sers pas pour d’autre chose, et j’ai trouvé un endroit où il ne risque pas de se casser, en essayant autant que possible de le dégager du balcon de mes voisins, qui pourrait l’abriter de la pluie.

IMG_1096J’ai remarqué qu’il vaut mieux vider le bol à l’intérieur dans un contenant fermé le plus rapidement possible l’été, sinon l’eau s’évapore trop vite et vous vous retrouverez les mains vides! Il y a aussi beaucoup de brindilles, gravier et autres résidus qui s’accumulent dans l’eau. La filtrer peut être utile si, comme moi, vous utilisez un vaporisateur pour votre plante, car celui-ci pourrait bloquer.

Mon plan pour optimiser ma récolte à l’avenir: trouver un pot à fleur qui s’accroche à la rambarde du balcon pour que mon bol soit plus exposé que maintenant; tant qu’il est par terre, il est dans le chemin et je ne peux pas le disposer à ma guise!

Et vous, avez-vous l’habitude de recueillir l’eau de pluie? Avez-vous des trucs pratiques pour moi? 🙂

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Test: tampon démaquillant en tissu

Léonie

Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’utilise 2-3 tampons démaquillants par jour. Si on calcule, à la fin de l’année ça fait plus de 1000 tampons.

Après plusieurs mois d’hésitation, j’ai finalement profité des rabais offerts à l’expo Manger Santé et Vivre Vert de mars dernier pour m’acheter des lingettes démaquillantes réutilisables. Il existe plusieurs marques sur le marché; personnellement, j’ai choisi Le petit mousse. Il est possible également d’en trouver à La Mistinguette et chez Öko Créations.

lingettes-demaq-1
Source: http://lepetitmousse.com

Fabriquées en molleton de viscose de bambou et coton biologique, les lingettes sont rondes, plus grandes que les tampons vendus en pharmacie et elles ont des contours de couleurs différentes afin qu’on puisse distinguer les lingettes utilisées des propres. La texture est très douce pour la peau et il y en a assez pour qu’on passe la semaine sans les laver. Par contre, je recommande de les passer à l’eau immédiatement après l’usage pour les détacher, surtout si vous portez du maquillage. Moi, j’ai taché les miennes la première semaine, car je ne l’avais pas fait.

Je dois avouer que j’ai eu besoin d’un temps d’adaptation de 2-3 semaines pour me convaincre de ne plus acheter de tampons jetables. Ce qui me dérangeait était que j’étais habituée aux tampons texturés, ce qui facilitait le démaquillage des yeux plein de mascara à la fin de la journée. Avec les lingettes réutilisables, j’ai besoin de mettre un peu plus de démaquillant et de frotter un peu plus pour tout enlever. Par contre, c’est le seul point négatif de mon côté. Pour le reste, je dois dire que je suis assez convaincue pour ne pas retourner aux tampons jetables.

Le point de vue d’Aimée: Je suis d’accord avec Léonie. Pour ma part, je me maquille rarement, alors j’utilisais surtout les lingettes pour étendre du tonique ou du nettoyant. Elles sont donc restées blanches assez longtemps. J’en ai «sacrifié» une pour enlever mon vernis à ongles; celle-là est tachée pour la vie, même si je la lave, mais, comme je reprends toujours la même, j’ai fait mon deuil! L’entretien des lingettes est facile, c’est lavable à la machine. Pour ma part je ne les mets pas dans la sécheuse, mais sur l’emballage on précise qu’il est possible de le faire. Il est certain qu’une fois qu’on les utilise pour le maquillage, elles perdent leur côté immaculé, un peu comme les serviettes réutilisables gardent des traces de sang même une fois lavées. Mais ça m’a justement fait penser cette semaine que notre obsession de la blancheur – qui n’est pas un signe absolu de propreté – est un réflexe de consommateurs habitués de jeter et de racheter du neuf. Il est très difficile de s’en défaire, mais nous n’avons pas le choix. C’est par de petites choses comme ça qu’il faut commencer! 🙂

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Test: se débarrasser des fourmis sans produits nocifs

Léonie

Chaque printemps, j’ai des fourmis dans mon appartement. De grosses fourmis charpentières. Ce n’est pas une infestation, mais je n’aime pas cohabiter avec des insectes, car ils me font peur. Autant j’adore les animaux, autant les insectes me répugnent. Et je ne tue pas tous les insectes qui croisent mon chemin, mais, quand ils envahissent ma demeure, je suis prête à leur faire la guerre.

Les produits pour exterminer les insectes sont très nocifs pour la nature et les êtres vivants. Comme j’ai deux chats à la maison, je voulais essayer de trouver une option un peu plus écologique pour éloigner les fourmis. Ma mère m’a dit d’essayer la poudre pour bébé. Comme ça ne coûte pas cher et que j’en avais une quantité industrielle à la maison, je me suis dit que je ne perdais pas grand-chose!

Ma mère a eu ce conseil d’un exterminateur. Il lui a expliqué que, lorsque les fourmis se lavent et ingèrent la poudre, ça les fait sécher de l’intérieur et mourir. Et, éventuellement, les autres s’éloignent de la maison. Semblerait-il que ça fonctionne aussi avec du bicarbonate de soude, mais je n’ai pas essayé.

pTRUCA1-8933127dtJ’ai donc lavé mes armoires (car les fourmis sont attirées par le sucre) et j’ai mis un peu de poudre pour bébé dans les coins des tablettes. J’ai passé la balayeuse dans la maison et j’ai saupoudré de la poudre sous les meubles et le long des portes et des murs qui mènent à l’extérieur.

Après une semaine, je peux vous confirmer que ce truc fonctionne. J’ai vu moins de 10 fourmis au courant de la semaine (en comparaison de 10 en 1 heure avant). Et, même si elles ne sont pas complètement parties, je suis assez satisfaite pour préférer la poudre pour bébé aux produits nocifs. Et puis, ma maison a une bonne odeur!

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Festival de yoga de Montréal

Aimée

Cette fin de semaine, du 5 au 7 juin plus précisément, aura lieu le Festival de yoga de Montréal, au Conservatoire de musique de Montréal (4750, avenue Henri-Julien). À cette occasion, on annonce plus de cinquante ateliers. Vous pouvez vous inscrire en ligne et profiter de différents forfaits, ou bien payer à la classe. Cependant, la salle Karma Yoga sera ouverte à tous, tout au long de la fin de semaine, et on n’y demande qu’une contribution volontaire. Dans ce cas particulier, pas de réservation possible! Ce sera premier arrivé, premier servi.

Le samedi sera une journée familiale, tandis que, le dimanche, diverses activités s’adressant aux professeurs seront offertes. Ce sera l’occasion idéale de découvrir le yoga si vous êtes novice, ou d’approfondir votre pratique si vous êtes un yogi plus assidu. 🙂 Pour consulter l’horaire, les tarifs et obtenir plus d’informations, visitez le yocomo.org.

IMG_1090

*

Si vous n’êtes pas disponible ce week-end, ou si vous cherchez à pratiquer le yoga sur une base régulière mais n’avez pas encore trouvé le studio qui vous convient, nous vous suggérons de venir vous joindre à nous au studio Akasha Yoga Montreal! Ce tout nouvel espace, ouvert il y a quelques semaines à peine, a été fondé à Saint-Henri par James Dylan, un de nos profs préférés du Studio Breathe (aussi un excellent studio, quoique plus achalandé car plus établi, qui a pignon sur rue à Griffintown). Nous avons suivi James car nous adorons ses cours à la fois pleins de défis mais tout en fluidité et, surtout, dépourvus de toute pression. L’essayer, c’est l’adopter! Il est bien entendu entouré d’une équipe de professeurs tout aussi énergiques et qualifiés. Cliquez ici pour aimer la page Facebook d’Akasha Yoga Montreal.

N’hésitez pas à partager en commentaires vos bonnes adresses de yoga et le nom de vos professeurs préférés, pour les lecteurs et lectrices qui ne seraient pas du Sud-Ouest de Montréal. NAMASTÉ 😉

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.