Archives mensuelles : juin 2016

Téo Taxi: les voitures vertes

Aimée

Par les temps qui courent, en raison d’un budget un peu serré j’ai tenté d’éviter le plus possible de prendre le taxi. Je m’arrangeais pour pouvoir revenir avec une Auto-Mobile de Communauto ou bien, si je comptais boire, pour rentrer au plus tard par le dernier métro. Mais, avec la venue de Téo Taxi, j’ai été intriguée par leur concept, par le fait qu’ils détiennent un vrai permis de taxi (pas d’ambiguïté!) et, surtout, séduite par le fait que ce sont des voitures 100% électriques. Il n’en fallait pas plus pour que j’installe l’application sur mon téléphone et que je l’essaie à la première occasion.

Il est à noter que Téo Taxi ne dessert pour l’instant qu’un certain périmètre sur l’île de Montréal.

151118_i08ty_flotte-taxi-teo_sn635
Source: radio-canada.ca. Le stationnement de Téo est à Pointe-Saint-Charles, tout près de chez moi.

Comment ça marche?

Étant mal à l’aise avec ses politiques, je n’ai jamais essayé le service Uber; je ne peux donc pas comparer. Par contre, je pense que l’application de Téo fonctionne sensiblement de la même façon. On se crée un profil avec photo. Le service de géolocalisation nous informe en tout temps de la distance de la voiture la plus proche (par exemple, si j’ouvre l’application, ça va afficher «10 minutes»). Lorsqu’on commande le taxi, on reçoit une confirmation quand le chauffeur accepte la course, et on peut voir la voiture s’acheminer vers nous sur une carte, avec une estimation de la durée en temps réel. On sait donc si on a le temps d’aller faire pipi ou de dire au revoir à ses amis. 😉 À l’arrivée du taxi, on reçoit un message texte.

J’ai eu la chance pour ma première course de monter à bord de la fameuse Tesla, aux sièges en cuir et au tableau de bord plus gros que mon écran d’ordinateur! Le chauffeur était très courtois et avait une conversation agréable. Il m’a d’ailleurs confié qu’il avait été chauffeur de taxi par le passé, puis qu’il avait arrêté car plusieurs aspects de l’industrie le dérangeaient. Ce n’est qu’avec la venue de Téo Taxi qu’il s’y est remis, car selon lui cette compagnie est plus en adéquation avec ses valeurs.

Pas besoin d’argent… comptant!

Au moment où on s’inscrit sur Téo Taxi, on entre notre numéro de carte de crédit. On sélectionne également un pourcentage par défaut pour le pourboire. Ainsi, quand la course s’achève, pas besoin de payer! Cela est fait automatiquement et un reçu est envoyé par courriel, ce qui facilite l’archivage pour les travailleurs autonomes comme moi. Il est donc possible, par ailleurs, de commander un taxi même sans argent ni portefeuille.

Côté prix, je vous dirais que le total de ma course, incluant pourboire, équivalait à ce que je paie normalement en taxi «ordinaire», mais cette fois sans pourboire. Je ne sais pas si on peut en déduire que c’est moins cher; peut-être suis-je juste tombée sur un chauffeur très efficace!  Par contre, je pense que le pourboire s’applique après taxes, donc il se peut que je reconsidère et que je règle mon taux de pourboire un peu à la baisse. Évidemment, cela ne peut pas se comparer au coût du libre-service de Communauto, où le même trajet coûte cinq fois moins cher à peu près! (Je n’ai pas essayé Car2go.) Mais il y a des moments où on n’est pas en état de conduire! 😉

Ainsi, je vous dirais que j’ai été très satisfaite par la facilité de l’expérience, et que je considérerai très certainement Téo Taxi pour de futurs déplacements. Des voitures sans émission, on aime ça. ❤

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

 

Publicités

Pour l’amour des animaux

Léonie             

À chaque année, lorsque vient le temps des déménagements, nous voyons défiler sur les réseaux sociaux plusieurs messages afin de nous sensibiliser sur l’abandon des animaux. Bien que j’aie une opinion très précise en ce qui concerne ce sujet, le but de mon billet aujourd’hui n’est pas de partir un débat.

Les refuges sont toujours très occupés lors de la saison des déménagements. Si vous aimeriez les aider, voici une manière concrète de le faire.

SPCA-VIR2-15-CampaignVisual.jpg
Image tiré du site de la SPCA

Programme de foyer d’accueil de la SPCA

Il est possible d’accueillir temporairement un animal chez vous. Ils cherchent à placer en foyer d’accueil les animaux trop jeunes pour le refuge ou les animaux qui nécessitent des soins. Il arrive aussi que ce soit dans le but de socialiser l’animal, le rendre moins nerveux ou pour lui donner une pause de sa cage (je sais, c’est vraiment triste).

Si vous considérez l’idée d’accueillir un animal temporairement, sachez que la SPCA de Montréal fournit les traitements médicaux, si besoin est, ainsi que les accessoires dont vous pourriez avoir besoin (litière, cage, jouet, 1 sac de nourriture etc..). Vous avez aussi accès au vétérinaire de la SPCA. Pour les SPCA de la Montérégie et Lanaudière Basses-Laurentides, cette information serait à confirmer par contre.

SPCA de Montréal

La SPCA est constamment à la recherche de bénévoles afin de les aider au refuge. Les bénévoles aident les animaux à retrouver leur maitre ou un nouveau foyers.

Pour les Montréalais et les Montréalaises, vous pouvez visiter la page Facebook du programme de foyer d’accueil pour les chats et les chiens et celle pour les animaux exotiques.

SPCA de la Montérégie

La SPCA de la Montérégie a annoncé sur leur site Internet qu’ils ont désespérément besoin de foyers d’accueil pour des chats, car ils manquent de places en cette période. Notez que la SPCA de la Montérégie est sans euthanasie depuis 1989 et qu’ils ont une cours ainsi qu’un espace grillagé permettant aux chiens et aux chats de prendre l’air sans être continuellement en cage.

SPCA Lanaudière Basses-Laurentides

Si vous habitez la Rive-Nord, il est possible de contacter la SPCA Lanaudière Basses-Laurentides afin de d’accueillir un animal temporairement.

 

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

On a essayé: le bistro Invitation V

Aimée et Léonie

Pour son anniversaire, Léonie a voulu sortir de la routine et célébrer dans un resto végétalien, Invitation V, sur Bernard dans le Mile-End. Tout le monde a accepté (parfois de moins bonne grâce!) de se prêter à l’expérience. La veille de notre visite, nous avons été amusés de voir que le comédien Woody Harrelson, végétalien de longue date, était allé y faire un tour.

13307338_965773913541096_7103880316224846839_n
Source: page Facebook du bistro

À notre arrivée, nous avons été très bien accueillis. Le menu et la carte des cocktails étaient alléchants, et le service très courtois. En entrée, Aimée a pris la soupe birmane aux pois chiches et elle l’a trouvée délicieuse. Léonie a essayé les bâtonnets de satay au tempeh et a bien aimé. Certains avaient pris une soupe à l’oignon avec du fauxmage Daiya et Cynthia, notre amie carnivore fanatique de fromage, n’y a vu que du feu! Mais l’entrée qui a volé la vedette était celle aux champignons pochés, une savoureuse entrée de champignons assortis, présentés dans une pâte philo.

Pour le plat principal, le filet végétalien a été de loin le plus apprécié. Il s’agit d’un morceau de tofu dans la chapelure, imitant le poisson, servi dans une sauce à l’aneth. Le mijoté au cari a aussi reçu de bons commentaires. Quant au risotto aux champignons, on s’entendait pour dire que la présentation était très réussie, avec diverses sortes de champignons savamment disposés, mais on s’attendait à quelque chose de plus garni comme assiette, côté quantité. Le chum d’Aimée a dit: «C’était correct», mais Léonie de son côté a adoré le plat.

 

Aimée a pris un hamburger à base de pois chiches et de poireau, et elle admet que son choix a été fixé par la possibilité d’avoir des frites de patate douce avec. Elles étaient très bonnes, mais payer 5$ pour cet ajout (4$ pour les frites ordinaires), c’était un peu exagéré. Léonie a goûté également de son côté au hamburger de champignon qui était délicieux.

Nous avons accompagné le repas d’une bouteille de blanc végétalien très doux et fruité, le vin Big House. La carte des vins et des cocktails ne comprenait que des boissons végétaliennes en belle variété, à des prix «normaux» dans le domaine de la restauration.

Dans l’ensemble, nous avons été satisfaits et nous avons passé une très belle soirée, mais nous avons trouvé que c’était un peu coûteux pour les quantités. C’est peut-être l’effet Mile-End ou l’utilisation d’ingrédients bio/locaux (nous aurions dû nous informer!) qui hausse les coûts. Par contre, tous les invités, la plupart ne cuisinant jamais végétalien, ont aimé leur plat. Ce n’est pas rien!

En résumé, Aimée serait prête à y retourner si on le lui offrait. Léonie, de son côté, serait prête à offrir aux autres d’y retourner! 🙂

Vous pouvez consulter le menu sur leur site Internet et il est même possible de réserver directement via celui-ci (un gros avantage, selon nous!)

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.