Archives mensuelles : septembre 2016

Se créer un uniforme de travail

Léonie

Je déteste prendre des décisions le matin. Et pourtant, tous les jours de semaine, c’est la même chose : « Mais qu’est-ce que je vais mettre pour aller travailler? » Tous. Les. Jours.

Plusieurs hommes d’affaires portent toujours les mêmes vêtements, afin d’éviter d’avoir à choisir une tenue chaque matin et ainsi mettre leur focus sur des décisions plus importantes. Steve Jobs était reconnu pour ses jeans, son col roulé et ses chaussures de sport. Mark Zuckerberg porte toujours un chandail gris. Même Barack Obama a avoué n’avoir que des complets bleus ou gris dans sa garde-robe.

Richard Stewart, le maire de Coquitlam, en Colombie-Britannique, a décidé pour sa part de mener une petite expérience sociale et de mettre un complet bleu foncé à toutes ses rencontres et apparitions publiques pendant 15 mois afin de voir la réaction des médias et de ses collègues. Le résultat? Personne ne lui en a parlé, personne n’a remarqué. (article en anglais ici, ou article en français ici)

Mais qu’en est-il des femmes? Selon monsieur le maire, une femme n’aurait pas passé inaperçue si elle avait porté la même chose tous les jours. Il est vrai que les tenues des femmes puissantes de ce monde sont sans cesse mises en valeur ou critiquées. Scrutées à la loupe, ces femmes font un faux pas lorsqu’elles osent porter la même tenue deux fois, selon les magazines de mode. Parfois même, ce qu’elles portent est plus important que leurs réalisations.

Je suis tombée sur ce texte qui parle d’une femme professionnelle qui a eu une idée toute simple afin de rendre ses matins plus faciles. Mathilda Kahl s’est créé un uniforme de travail. Elle a acheté 15 blouses blanches et quelques pantalons noirs et hop! Pas de décision à prendre le matin. Quand il fait froid, elle ne fait qu’ajouter une veste noire à son ensemble. L’équivalent féminin du complet, quoi!

Inspirée, et surtout exaspérée chaque matin, j’ai voulu mener ma propre petite expérience.

Je ne voulais pas investir dans l’achat de plusieurs morceaux de vêtements alors que je ne savais pas si j’allais aimer porter la même chose tous les jours, ou même m’habituer à cette nouvelle routine. J’ai donc décidé de sélectionner 5 ensembles de ma garde-robe actuelle, un pour chaque jour de la semaine, et porter ces 5 ensembles pendant 1 mois.

Constats

  • Mes matins étaient plus faciles et je gagnais du temps, car je n’avais pas à me demander quoi mettre. Conséquemment, mon humeur était plus légère.
  • Certains matins, je n’avais pas envie de mettre ce que je devais mettre, en partie à cause des couleurs ou des motifs.
  • Le seul ensemble que ça ne me dérangeait pas de remettre chaque fois était celui du vendredi et le plus sobre des 5, soit un jeans et un t-shirt noir.
  • 5 ensembles, ce n’est pas assez. Ça ne laisse pas de marge de manœuvre et il ne faut pas oublier de faire le lavage la fin de semaine. L’idéal serait 10 ou 15 ensembles.
  • Personne au travail n’a remarqué que je mettais la même chose chaque semaine.

Est-ce que je me suis tannée de porter mes 5 ensembles? Vraiment. Par contre, je crois que, si j’avais eu des ensembles semblables chaque jour, ça m’aurait donné plus l’occasion de m’habituer à ce changement et peut-être même de l’adopter pour de bon. Suis-je prête à faire le grand saut? Peut-être quand j’aurai usé les vêtements de travail de ma garde-robe…

Et vous, que pensez-vous de l’initiative de Mathilda?

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

 

 

Publicités

Du marché au frigo: deux trouvailles québécoises

Aimée

Fréquenter le marché Atwater, c’est se soumettre à la tentation continuelle. Quoi choisir, surtout que certains produits ne sont pas toujours donnés? Mais c’est, heureusement, aussi l’occasion de faire de belles découvertes, notamment de produits d’ici. Je vous présente deux des coups de cœur qui se sont taillé une place dans mon frigo.

Le beurre d’arachide D&D Mamba

dd8
Photo prise sur le site des fermes Lufa

Comme on peut l’apprendre sur le site Web de l’entreprise, «Mamba» signifie beurre d’arachide en créole haïtien. Le D&D Mamba se décline en trois saveurs, ou plutôt trois «intensités»: doux, relevé et épicé. En effet, sa particularité est d’être assaisonné au piment fort, plus ou moins selon votre préférence! Mon chum et moi, on aime bien manger épicé, mais on n’est pas des maniaques non plus, alors on a opté pour le «relevé» (c’est-à-dire médium). Le piquant se révèle surtout à la fin de la bouchée. Ici, je dois avouer que je ne suis pas une fan de beurre d’arachide et que je n’en mange jamais. De son côté, mon chum aime bien ça, mais il n’en achetait pas avant, car il trouvait que ça ne valait pas la peine de prendre un pot pour lui tout seul. Mais, depuis qu’il a essayé le Mamba, il s’est laissé séduire et en consomme beaucoup plus. Quant à moi, j’en prends bien une bouchée de temps en temps. 😉

Produit à Montréal, le beurre d’arachide Mamba contient des produits de qualité importés des États-Unis et d’Haïti, dont du sucre biologique (2 grammes de sucre par cuillère à soupe). On n’y ajoute ni huile ni agents de conservation. Le jeune homme qui tenait le comptoir au marché nous a dit que des démarches étaient en cours pour obtenir la certification biologique, mais ce n’est pas encore chose faite.

On trouve de nombreux points de vente à Montréal, et à quelques endroits dans la province. Consultez la liste ici.

Le chutney pomme et cari épicé de La petite fabrique

chutney-pomme-cari-epice-la-petite-fabrique
Photo prise sur le site de La petite fabrique

Je suis obsédée par le chutney (et, plus largement, par le cari) depuis que j’ai mangé un grilled-cheese avec du cheddar fort et ce délicieux condiment. J’ai sauté sur celui de La petite fabrique, une conserverie artisanale qui nous offre des produits certifiés biologiques, fabriqués à la main à partir d’ingrédients locaux. Je n’ai pas été déçue! Je me promets bien de découvrir leur éventail de produits, dont la relish, la marinade asiatique et les légumes marinés à l’anis étoilé.

À Montréal, outre le marché Jean-Talon, on peut se procurer ces conserves au marché Jean-Talon, à la Pomme d’Api dans Rosemont et à la boucherie Beau-Bien dans Hochelaga.  Vous pouvez trouver les points de vente dans votre région en cliquant ici.

En espérant vous avoir fait faire de sympathiques découvertes… Bon appétit!

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.