Archives pour la catégorie Maison

Test: se débarrasser des fourmis sans produits nocifs

Léonie

Chaque printemps, j’ai des fourmis dans mon appartement. De grosses fourmis charpentières. Ce n’est pas une infestation, mais je n’aime pas cohabiter avec des insectes, car ils me font peur. Autant j’adore les animaux, autant les insectes me répugnent. Et je ne tue pas tous les insectes qui croisent mon chemin, mais, quand ils envahissent ma demeure, je suis prête à leur faire la guerre.

Les produits pour exterminer les insectes sont très nocifs pour la nature et les êtres vivants. Comme j’ai deux chats à la maison, je voulais essayer de trouver une option un peu plus écologique pour éloigner les fourmis. Ma mère m’a dit d’essayer la poudre pour bébé. Comme ça ne coûte pas cher et que j’en avais une quantité industrielle à la maison, je me suis dit que je ne perdais pas grand-chose!

Ma mère a eu ce conseil d’un exterminateur. Il lui a expliqué que, lorsque les fourmis se lavent et ingèrent la poudre, ça les fait sécher de l’intérieur et mourir. Et, éventuellement, les autres s’éloignent de la maison. Semblerait-il que ça fonctionne aussi avec du bicarbonate de soude, mais je n’ai pas essayé.

pTRUCA1-8933127dtJ’ai donc lavé mes armoires (car les fourmis sont attirées par le sucre) et j’ai mis un peu de poudre pour bébé dans les coins des tablettes. J’ai passé la balayeuse dans la maison et j’ai saupoudré de la poudre sous les meubles et le long des portes et des murs qui mènent à l’extérieur.

Après une semaine, je peux vous confirmer que ce truc fonctionne. J’ai vu moins de 10 fourmis au courant de la semaine (en comparaison de 10 en 1 heure avant). Et, même si elles ne sont pas complètement parties, je suis assez satisfaite pour préférer la poudre pour bébé aux produits nocifs. Et puis, ma maison a une bonne odeur!

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Publicités

Pour conserver les fines herbes

Aimée (grâce aux nombreux conseils de Léonie!)

Non mais, y a-t-il quelque chose de plus frustrant que d’acheter de gros bouquets de persil et de les voir se flétrir avant d’avoir pu les manger (même si on en mange trois fois par jour sans arrêt, on n’en vient pas à bout! À moins que vous ayez une grosse maisonnée…)? Je rêve depuis longtemps de cultiver mes propres herbes pour en avoir des fraîches sous la main en tout temps et surtout éviter d’en gaspiller. Malheureusement, je suis mal organisée dans mon logement actuel, je n’ai pas assez d’espace et surtout pas assez de lumière pour avoir autre chose qu’un petit pot dans une de mes fenêtres.

Mais qu’à cela ne tienne! Il y a bel et bien des trucs qui vous permettent de faire durer vos fines herbes plus longtemps que prévu. Et pas besoin d’acheter des cossins comme ça:

C’est cute, mais pourquoi payer pour ça? Source: cuisipro.com

Au frigo: conserver l’humidité

Un premier truc très simple consiste à emballer vos herbes dans un linge humide pour les conserver au frigo. Chez nous, on utilise en fait un essuie-tout imbibé d’eau (je vous conseille l’essuie-tout juste si vous pouvez le composter ensuite!), et on dépose les herbes ainsi enveloppées dans un plat de plastique hermétique. Sans blague, on a conservé du persil comme ça pendant deux bonnes semaines, et il était toujours aussi vert. Après, ça a dégénéré! On peut changer le linge/l’essuie-tout de temps en temps. Et il faut éviter de complètement détremper les herbes!

Ça fonctionne un peu moins bien avec le basilic, par contre, car c’est surtout le froid qui le fait brunir. Pour celui-ci, si vous ne pouvez pas le manger rapidement, on vous conseille plus la congélation.

Au congélateur

Un truc pratique qui vous permettra de gagner du temps: hachez votre bouquet de basilic (ou de n’importe quelle autre herbe) à l’avance. Ensuite, disposez les feuilles dans un bac à glaçons et recouvrez-les d’huile d’olive. Placez au congélateur. Vous avez maintenant des portions individuelles dont vous pouvez vous servir en tout temps. Comme le dit Léo: «C’est génial!»

Sur commenteconomiser.fr, on nous suggère même de les congeler directement dans l’eau (nous ne l’avons pas essayé).

Vous pouvez aussi consulter Dix manières de conserver du basilic; cependant, plusieurs d’entre elles me semblent devoir en altérer le goût! Vous me direz si vous en avez déjà essayé de manière concluante.

Le beau temps donne envie de cuisiner, non? (OK, je l’admets, tout me donne envie de cuisiner… et surtout de manger!)

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Éliminer les taches d’huile sur les vêtements

Aimée

Je porte beaucoup de noir. Genre, mes amies aiment me niaiser parce que je porte trop de noir. Récemment, j’ai revêtu ma première paire de jeans bleus en douze ans à peu près et j’ai fait un post sur Facebook pour le souligner (finalement, je l’ai juste portée pour aller patiner et glisser dehors. J’aime pas les jeans je pense). Tout ça pour dire que, dès que j’ai le malheur de mettre autre chose que du noir, je me salis. Toutes. Les. Fois. Et j’étais mortifiée quand, en cuisinant, j’ai complètement éclaboussé d’huile mon petit t-shirt cute avec des ballerines dessus (des BALLERINES!!! C’est important!).

Un échantillon qui ne permet pas de constater l'ampleur des dégâts!
Un échantillon qui ne permet pas de constater l’ampleur des dégâts!
La tâche la plus profonde et «rebelle» de toutes.
La tâche la plus profonde et «rebelle» de toutes.

Comble de la maladresse, peut-être, mon chandail s’est retrouvé au lavage sans que je fasse quoi que ce soit contre ces taches et, bien évidemment, elles n’en étaient que plus incrustées dans le tissu par la suite. J’en profite pour vous indiquer qu’il s’agit d’un tissu synthétique (viscose avec une touche de spandex).

Si vous avez sous la main de la fécule de maïs, de la poudre de bébé ou du shampoing sec et que vous vous armez de patience, il est possible de faire disparaître ce genre de tache. Voici comment je m’y suis prise: j’ai littéralement saupoudré mon chandail de fécule de maïs, en frottant les endroits où il y avait le plus de taches. Ensuite, j’ai laissé mon chandail reposer toute la nuit, suspendu dans ma garde-robe. Le lendemain, j’ai remis de la fécule de maïs un peu partout, puis je l’ai porté toute la journée (bien entendu, je suis restée chez moi, pour ne pas me promener avec un t-shirt plein de poudre!). Dès que la fécule semblait absorbée, j’en ajoutais. Ensuite, j’ai lavé mon chandail à la machine.

P1040997
La première fois, c’était assez léger comme saupoudrage. Par la suite, je n’y suis pas allée de main morte.

Certaines des taches les moins visibles avaient pratiquement disparu, mais la plupart étaient encore là. J’ai donc recommencé. Et encore. Et encore. Je dirais que ça a pris un minimum de cinq cycles avant que je vienne à bout de «la» tache rebelle. Chaque fois, je laissais le chandail absorber la fécule de maïs pendant la nuit, je le portais le lendemain en en ajoutant de temps à autre, puis je le lavais. Le lavage est important, en fait, parce que la poudre blanche fait pâlir votre tache et vous donne l’impression qu’elle a disparu, alors que ce n’est pas nécessairement le cas.

Il est difficile de juger du résultat sur une photo, mais, en réalité, si on essaie très très fort, on peut discerner un cerne jaunâtre sur le tissu, sans plus. Je vous assure que, maintenant, je peux porter fièrement mon t-shirt de ballerines en public! Et j’essaie de ne plus me salir! (Je vous jure, j’ai une robe verte qui est carrément maudite.)

P1050016

Sauriez-vous repérer le cerne?
Sauriez-vous repérer le cerne?

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Tests de savons à lave-vaisselle

Aimée 

Il est parfois difficile de juger de l’efficacité d’un savon, à lessive par exemple. Pour ma part, il y a longtemps que je privilégie les savons des Nettoyants Lemieux pour plusieurs raisons: ils sont écologiques; vendus en vrac, donc nécessitant peu d’emballage; québécois; enfin, ils sentent très bon, quelque chose qui vient vraiment me chercher! La seule chose que je peux dire contre cette compagnie, c’est qu’il est de plus en plus difficile de s’en procurer les produits, surtout si on n’a pas de voiture (c’est pesant, un gros format de savon en vrac), car ils ne sont pas distribués dans beaucoup d’endroits. À Montréal, la boutique est située au coin de Papineau et Gilford.

Son savon à lave-vaisselle peut sembler peu pratique, car il est en poudre et non en petit comprimé, comme c’est maintenant l’usage, mais il est très efficace. Je vous donne en exemple ma tasse de thé.

Cette tasse sert beaucoup, et j’étais sûre qu’elle ne serait jamais plus blanche. J’avais fait la paix avec cet état de chose. Eh bien, après à peine un lavage au nettoyant Lemieux, elle est redevenue blanche comme neige.

Avant!
Au sortir du lave-vaisselle, avant!
Après!
Après!

Quand j’ai terminé mon paquet de savon Lemieux, je n’ai pas eu l’occasion d’aller en acheter d’autre sur le Plateau immédiatement. J’en ai donc pris à la pharmacie du coin; c’était celui de la Parisienne, qui est dit biodégradable. Au début, je le trouvais correct. Mais ça n’a pas pris de temps que ma tasse était de nouveau pleine de résidus brunâtres.

Par la suite, je me suis tournée vers Biovert, et j’ai eu l’agréable surprise de voir que lui aussi arrivait à bout des résidus dans ma tasse, et rendait mes casseroles et autres ustensiles de métal très brillants. C’est donc celui-ci que j’utilise en attendant de retourner chez Lemieux (où je ferai une razzia dans toute leur gamme de savons, pas juste celui pour le lave-vaisselle). J’espère quand même que la compagnie recommencera à distribuer ses produits dans Le Sud-Ouest et à Verdun!

Bio-Vert

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Le troc, c’est chic!

Léonie

Je ne sais pas pour vous, mais personnellement, l’hiver me déprime un peu. Le peu de soleil, le temps froid et les gros manteaux d’hiver me donnent le goût d’hiberner. Et, quand mon moral est bas, j’ai envie de magasiner et de changer ma garde-robe. Ce qui peut me coûter cher!

Il y a quelques années, mon groupe d’amies et moi avons commencé une tradition que nous répétons 2-3 fois par année: nous troquons nos vêtements entre nous.

Le concept est très simple. Nous faisons le ménage de nos vêtements, nos bijoux et chaussures. Nous nous rassemblons une soirée et nous mettons nos trucs en commun. Il ne reste ensuite qu’à choisir de nouveaux morceaux pour rafraîchir notre garde-robe! De plus, ces soirées sont un excellent prétexte pour une bonne bouteille de vin et du gossip entre filles! À la fin, nous allons porter les articles qui n’ont pas trouvé preneur dans une boîte de dépôt de la friperie Renaissance.

IMG_0844
Quelques morceaux qu’Aimée a récupérés lors du dernier échange!

Quelques adresses à connaître

Si vous aimeriez essayer le troc, voici quelques adresses intéressantes :

Groupe Facebook « Troquer, c’est gratos »

Troc tes trucs

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Détartrer la bouilloire

Aimée

Je suis une grande amatrice de thé; j’en bois souvent plusieurs par jour. Je viens de m’acheter une nouvelle bouilloire programmable (celle que j’avais avant était un citron absolu!) et je veux l’entretenir pour m’en servir le plus longtemps possible. C’est pourquoi j’essaie de la détartrer une fois par mois.

Bouilloire 2

Le tartre est formé par les résidus qui proviennent de l’eau du robinet, en particulier le calcaire. Il s’accumule au fond de la bouilloire et peut finir par en endommager les éléments. Vous pouvez d’ailleurs souvent en voir des traces au fond de l’appareil.

Je vous partage ici les instructions qui venaient avec ma bouilloire; vous pouvez facilement les appliquer à n’importe quel modèle. Je sais qu’il est possible de le faire avec les cafetières et machines à espresso, avec du vinaigre également; cependant, comme je ne suis pas une buveuse de café, je n’ai jamais eu à m’en occuper! Voici un lien qui explique différentes façons de procéder selon l’appareil que vous utilisez dans ce cas.

Pour une bouilloire :

  • Versez-y une tasse de vinaigre blanc ainsi que deux tasses d’eau.
  • Amenez la solution à ébullition.
  • Laissez-la reposer dans la bouilloire toute la nuit.
  • Le lendemain, videz la bouilloire, puis remplissez-la d’eau.
  • Amenez l’eau à ébullition, puis videz-la.
  • Répétez ces dernières étapes deux autres fois.

De plus, la plupart des bouilloires électriques possèdent un petit filtre, à l’intérieur, sur le bec. Il est recommandé de le retirer et de le nettoyer de temps en temps, à l’eau chaude et avec une petite brosse, pour enlever les résidus de calcaire qui s’y trouvent.

Le filtre!
Le filtre!

Et voilà! Le plus difficile, c’est de penser à le faire régulièrement. 🙂

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

La statique retirée sur trois prises

Aimée

Depuis longtemps, j’essaie de ne plus acheter de bébelles à usage unique qu’on jette aussitôt utilisées, et au haut de ma liste se trouvent les feuilles d’assouplissant qu’on met dans la sécheuse. Pour moi, ça frôle le summum du gaspillage. Mais, évidemment, depuis les vêtements ressortent de la sécheuse chargés d’électricité statique; en plus, j’ai un chien et habituellement son poil ne colle pas aux vêtements, mais, à cause de la statique, nous en sommes désormais couverts. J’ai donc fait quelques essais pour une lessive sans statique.

Dans le champ: les petits hérissons qu’on vend dans les boutiques de produits inutiles

IMG_0783

Je me suis fait avoir par ce gadget que j’ai trouvé à la librairie. On promettait sur l’emballage que ces petites balles allaient empêcher les vêtements de s’enrouler sur eux-mêmes (peut-être, mais ça faisait surtout un fracas d’enfer dans la machine). Et il y avait BEAUCOUP de statique à la fin des brassées. Peut-être qu’il y en aurait eu plus si je n’avais rien mis du tout dans la sécheuse, mais la différence n’est pas assez notable pour justifier le fait de payer pour ça. Un gros NON.

Un coup sûr: la boule de papier d’aluminium

IMG_0802

Dans le domaine du beau, bon, pas cher, difficile de faire mieux! On prend trois ou quatre épaisseurs de papier d’aluminium, on les roule en boule, on met ça dans la sécheuse, et le tour est joué! En plus, on peut réutiliser la même boule sans problème pendant des mois. Niveau d’efficacité: très bien. Il reste une petite charge de statique, mais ça n’a aucune commune mesure avec le désastre des hérissons. Une bonne solution qu’on peut aussi combiner à d’autres méthodes, comme la suivante.

Un triple (qui frôle le coup de circuit): le linge imbibé de vinaigre

De loin le meilleur truc que j’ai essayé. Je lavais mes draps et ma robe de chambre, laquelle est un véritable NID à statique. J’ai pris un linge, je l’ai imbibé de vinaigre, je l’ai ajouté à la brassée dans la sécheuse avec la boule d’aluminium. Il n’y avait aucune statique à la fin. Victoire! Par contre, j’admets qu’il y avait un relent de vinaigre sur les tissus, malgré le fait que j’avais ajouté quelques gouttes d’huile essentielle de lavande (aurais-je dû en mettre plus?). J’ai fait mon lit et, quand je me suis couchée, je n’ai pas remarqué l’odeur du tout. Mon chum, lui, trouvait ça inacceptable (il est plus sensible que moi pour ce genre de chose). Si j’étais seule, j’utiliserais le torchon vinaigré tout le temps, mais lui ne veut pas. Je vous recommande de l’essayer pour voir ce que vous en pensez.

N.B. J’ai essayé de mettre du vinaigre dans la laveuse au cycle de rinçage, plutôt qu’au début (ce que je fais souvent en temps normal), avant d’utiliser la boule d’aluminium, mais ça revenait au même que quand j’employais cette dernière toute seule. Le vinaigre dans la sécheuse est vraiment plus efficace.

* * *

Je n’ai donc pas trouvé de truc miracle, cent pour cent sans «effet secondaire». Avez-vous essayé déjà autre chose, de votre côté?

Autres trucs recommandés:

Faire sécher les vêtements moins longtemps. Apparemment, la majeure partie de l’électricité statique se forme quand les vêtements sont déjà secs.

Ajouter un linge imbibé d’eau durant les dix dernières minutes de séchage (je ne l’ai pas essayé encore).

Éviter d’ajouter de l’assouplissant liquide au lavage.

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook

Mille et une façons de composter, même à Montréal

Aimée

Lorsque je discute avec les gens de la gestion des déchets (ça ne m’arrive pas si fréquemment, mais bon!), ce que j’entends le plus souvent, c’est: «Moi, je recycle presque tout; donc, si je jette juste des pelures de légumes, ce n’est pas très polluant.» À moins que vous ne jetiez vos épluchures de carottes dans un coin de votre cour, vous faites malheureusement erreur. Dans les grands sites d’enfouissement, la concentration de déchets est si grande que le liquide que produisent les matières organiques en se décomposant, le lixiviat – plus prosaïquement appelé «jus de poubelle» –, s’infiltre en masse dans les sols, les polluant et atteignant les nappes d’eau souterraines. Heureusement, on peut contrecarrer ces effets d’une manière simple et pratique: le compost, qui a l’heureux avantage d’être utile de manière concrète à moyen terme.

Comme la plupart des habitudes «vertes», le compost est souvent perçu comme quelque chose de compliqué. Pour ma part, je ne vois pas ce qu’il y a de plus difficile à mettre ses déchets dans un bac plutôt que dans un autre. Enfin. En plus des résidus de fruits et légumes, on peut y déposer des coquilles d’œufs, du café et du thé infusé de même que les filtres et poches qui viennent avec, des cheveux et des poils d’animaux, des ongles, des produits céréaliers, du papier journal, des feuilles mortes…

Vous pouvez bien entendu vous fabriquer ou vous procurer un bac et faire votre propre compost chez vous. Dans ce cas, je vous conseille de télécharger ce guide très pratique. Cependant, si vous êtes en ville, vous manquez peut-être d’espace pour ce faire, ou alors vous vous dites: «C’est bien beau, mais je vais faire quoi avec tout ça après, si je n’ai pas de jardin?»

Composter en ville

La Ville de Montréal a mis en place au cours des dernières années plusieurs mesures pour favoriser le compostage (malheureusement, je ne suis pas très au fait des politiques des autres villes; n’hésitez pas à les mentionner dans les commentaires si vous en connaissez!). Tout d’abord, quelques arrondissements, dont ceux de Rosemont et du Sud-Ouest, font la collecte de compost à domicile dans certains de leurs secteurs, un projet pilote qui, on l’espère, s’étendra bientôt à la municipalité en entier. Si votre arrondissement offre ce service, vous le savez sûrement, parce qu’on vous aura remis un beau bac brun que vous pouvez sortir devant chez vous chaque semaine sans vous casser la tête.

Si vous avez peur que ça sente, sachez que vous pouvez congeler vos sacs de compost en attendant de vous en départir. Le bicarbonate de soude est aussi un bon allié pour prévenir les odeurs.

D’autres arrondissements, dont Le Sud-Ouest, mettent à la disposition des citoyens des sites de dépôt volontaire. Dans ce cas, vous devez vous inscrire au service sur Internet ou par téléphone. On vous convoquera à une formation éclair d’une dizaine de minutes à l’un des sites, où on vous remettra un petit bac pour votre cuisine et la combinaison du cadenas verrouillant la boîte (pour éviter que tout un chacun jette n’importe quoi dans le bac). Ensuite, vous n’avez qu’à aller déposer vos déchets à votre convenance. Pour ma part, j’ai plusieurs boîtes de dépôt tout près de chez moi. Ce qui est pratique dans ce cas, c’est qu’on n’a pas à attendre le jour de la collecte: quand c’est plein, on vide notre bac, et voilà!

Un des sites de dépôt volontaire du Sud-Ouest. Source: Radio-Canada.ca

Le compost de la Ville est industriel; parce que la température qui y est atteinte est plus élevée que dans un bac domestique, le risque que des bactéries nocives s’y développent est moindre; on y accepte donc plus de matières, entre autres les produits laitiers, les résidus de viande et les os.

Plusieurs Éco-Quartiers de Montréal, dont ceux de Pointe-Saint-Charles, d’Hochelaga et de Sainte-Marie, administrent leurs propres sites de compostage collectif. Pour y avoir accès, il suffit de les contacter. De plus petite envergure, ces sites de quartier sont indépendants et ne recueillent pas tous les déchets que la Ville accepte de son côté. Dans certains arrondissements encore, notamment ceux de Sainte-Marie, du Sud-Ouest et d’Ahuntsic, vous pouvez vous procurer à moindre coût des compostières subventionnées.

En résumé, le plus simple est de vous informer d’abord auprès de votre arrondissement, puis de votre Éco-Quartier pour connaître les différentes options qui s’offrent à vous dans votre quartier.

Compost Montréal

Enfin, si aucune de ces solutions n’est disponible dans votre secteur, ou si aucune ne vous convient, il existe une compagnie privée qui s’occupe de la collecte de compost à domicile: Compost Montréal. À votre inscription, Compost Montréal vous fournit un bac en plastique blanc et un sac compostable. Chaque semaine, vous sortez votre bac sur votre balcon ou au bas de votre escalier et on vient le vider, avant d’y laisser un sac neuf. Une fois par année, vous avez l’option de recevoir ou non quelques livres de compost «fini». Différents plans de paiement sont offerts. J’ai fait affaire avec Compost Montréal pendant plusieurs années avant que la Ville n’offre le compostage communautaire dans mon quartier. Le service était impeccable.

Malheureusement, Compost Montréal doit absolument trouver un nouveau terrain pour poursuivre ses activités: «L’espace qui est utilisé présentement pour traiter les résidus organiques est maintenant destiné à l’entreposage et [au] stationnement des équipements utilisés par le département de la Voirie de l’arrondissement du Sud-ouest, […] en vue de la démolition imminente de l’échangeur Turcot», peut-on lire sur son site. La compagnie, qui bénéficie actuellement d’un sursis pour pouvoir continuer de desservir ses clients, recherche activement une solution à long terme.

Vous voulez aider? Pour en savoir plus sur les retombées écologiques et sociales du site, ainsi que sur la lutte actuelle des employés de Compost Montréal pour trouver un nouvel emplacement, cliquez ici. Vous pouvez aussi signer cette pétition en ligne pour leur témoigner votre soutien. Enfin, vous pouvez contribuer financièrement en faisant un don ici (on vous y encourage fortement!).

Source: Compost Montréal
Source: Compost Montréal

Vous verrez: composter est une habitude facile à prendre qui a plusieurs retombées concrètes. 🙂

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

Comment nettoyer la laveuse  

Léonie

J’ai lu cette semaine sur un blogue anglophone une recette permettant de décrasser la laveuse. Comme vous pouvez le constater, ma laveuse était fin prête pour un test de nettoyage !

Avant

Avant

Voici ce dont vous avez besoin pour nettoyer votre laveuse:

  • 1 tasse de bicarbonate de soude (petite vache)
  • 1 tasse de vinaigre
  • 20 gouttes d’eucalyptus ou de melaleuca (j’ai pris melaleuca)
Les ingrédients
Les ingrédients

J’ai tout mis dans la laveuse et j’ai démarré le cycle de grande capacité à l’eau chaude. Quelques minutes après le début du cycle, j’ai arrêté la laveuse, mis des gants de vaisselle et j’ai frotté les bords et le poteau avec une éponge (attention, l’eau est chaude !) Ensuite, j’ai redémarré la laveuse et je l’ai laissé finir son cycle.

Jugez par vous-même du résultat :

Après
Après
Après
Après

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

Comment déboucher le bain?

Léonie

Chez moi, la laveuse, l’évier de la cuisine et le bain sont tous connectés au même tuyau. Avec les poils de mes deux chats sur les vêtements, les cheveux longs dans la douche et les cochonneries quand je fais la vaisselle, il arrive souvent que ma plomberie ne soit pas à la hauteur de la tâche. Alors le bain se remplit quand la laveuse se vide, s’ornant d’un beau cerne tout autour.

J’ai un siphon dans ma salle de bain, mais ça ne vient pas toujours à bout de mes problèmes. J’ai acheté du Drano une fois et, en le versant dans le trou de la baignoire, j’imaginais les poissons mourir dans le fleuve juste en respirant l’odeur infecte de ce produit.

Puis, on m’a parlé de cette recette super simple pour déboucher les tuyaux. Du bicarbonate de soude (communément appelé «de la petite vache») et du vinaigre. C’est tout. Juste ça.

Bain

Est-ce que ça fonctionne? Oui. Aussi bien que le Drano.

Peut-être qu’il existe des recettes avec des quantités précises, mais, pour ma part, voici comment je procède:

Je fais bouillir au moins 2 tasses de vinaigre dans une casserole. (Les filles, si vous avez une Diva Cup, vous pouvez faire d’une pierre deux coups en la mettant dans la casserole pour la désinfecter.) Ensuite, je verse du bicarbonate de soude dans le trou à déboucher doucement, jusqu’à ce que le trou soit plein. Idéalement, il faut le verser dans un trou sec pour que ça aille le plus loin possible dans la tuyauterie. Puis, prenez votre vinaigre bouilli et versez-le doucement dans le tuyau rempli de petite vache.

Le secret du succès réside dans le bouillonnement. Le vinaigre froid n’est pas aussi efficace que le vinaigre chaud.

Une fois que vous avez versé le vinaigre, ne touchez à rien pour au moins 30 minutes, idéalement une heure, afin de laisser au mélange le temps de faire effet tout le long de la tuyauterie. Ensuite, laissez couler un peu d’eau chaude afin de rincer le tout.

Si vous avez des animaux, assurez-vous qu’ils n’iront pas se mettre les pattes dans la solution maison. La réaction chimique causée par le mélange pourrait les irriter ou les blesser.

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.