Archives du mot-clé Déodorant naturel

Savonnerie des Diligences: enfin un déodorant performant!

Léonie             

Ma quête du déodorant parfait m’a fait essayer plusieurs produits naturels. Aimée et moi avons d’ailleurs fait un article déjà sur quelques déo que nous avions essayés et j’avais avoué prendre encore celui de Nivea, car aucun ne me convenait totalement. Et pendant un bout, j’ai laissé tomber, car je pensais qu’aucun déodorant n’était assez performant pour mes aisselles.

Lors de la dernière édition de l’Expo Manger Santé, j’ai discuté avec les filles de la Savonnerie des Diligences de mon problème. Une demoiselle m’a expliquée que les déodorants avec bicarbonate de soude sont généralement plus performants pour les personnes qui bougent beaucoup. C’était la première fois que j’entendais cette information. Et j’ai pensé que je n’avais jamais essayé de déo incluant cet ingrédient. J’ai donc acheté le déo en pot HE aux agrumes zéro déchet. Personnellement, j’ai pris celui avec de la cire d’abeille (provenant d’artisans apiculteurs québécois). Si vous voulez une version végane, le déo au sapin baumier est le seul déo qui soit à la fois végane et avec du bicarbonate de soude. Les 2 autres versions véganes sont sans bicarbonate de soude.deopothe.jpg

Attention, il est important de ne pas trop frotter en l’appliquant, car le bicarbonate de soude peut irriter la peau. Mais, s’il est appliqué avec douceur, le risque d’irritation est de beaucoup diminué.

Je suis vraiment impressionnée par ce produit. Moi qui ai pris l’habitude d’avoir toujours un déo avec moi pour en remettre dans la journée, je n’ai plus besoin de le faire avec celui-ci! Même après un entrainement intensif ou un cours de Bodypump, il ne me lâche pas.

L’essayer, c’est l’adopter!

Vous aimeriez l’essayer? Vous pouvez commander en ligne ou consulter les points de vente sur leur site Internet.

Quelques adresses à Montréal (liste non exhaustive):

  • Jardin Botanique et Biodôme de Montréal
  • La Mistinguette, 4537 Wellington
  • La Pomme d’Api, 2599 Boul. Rosemont
  • Nettoyants Lemieux, 4777, rue Papineau
  • Noblessence, 1557, Ave Laurier Est
  • Tah-Dah, 156 Jean Talon Est

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Publicités

Une surprise de taille: le déodorant hebdomadaire Lavilin

Aimée

Oui, oui, vous avez bien lu: hebdomadaire. Moi-même, j’étais on ne peut plus sceptique au départ. Je suis tombée sur ce produit tout à fait par hasard. J’achetais de la nourriture à la boutique Le couffin bio, coin Sherbrooke et du Parc (pire nom de commerce, mais bel endroit!) et la caissière, super gentille, m’a spontanément offert des échantillons de plusieurs produits, donc celui-là. Elle m’a affirmé qu’elle-même utilisait ce déodorant.

Comment ça fonctionne?

Absolument sans alcool et sans aluminium, le déodorant Lavilin est en fait une sorte de crème (de pâte, pratiquement) qu’on se tartine sous le bras. Ça ne sent rien, alors il n’y a pas de bullshit de «pour lui» ou «pour elle». L’effet dure jusqu’à sept jours (on indique que ça peut être un peu moins pour certains). On recommande, avant la première application, de n’utiliser aucun déodorant pendant quarante-huit heures. Ensuite, on l’applique sur une aisselle propre, idéalement avant d’aller au lit. Et… on en remet quand ça pue, au bout de quelques jours. Oui, on peut se laver avec du savon pendant ce temps. On peut pratiquer des sports. Mais on ne peut utiliser aucun autre déodorant entre les applications. C’est un engagement! Il est indiqué sur l’emballage qu’il peut falloir plusieurs utilisations (jusqu’à cinq) pour que le produit atteigne son plein effet.

Le paquet d'échantillons. Il contenait un déodorant pour les aisselles et un pour les pieds.
Le paquet d’échantillons. Il contenait un déodorant pour les aisselles et un pour les pieds.

Mon expérience

Eh bien, pour moi, à ma grande surprise, ça a bien marché tout de suite! J’ai attendu une fin de semaine où je ne sortais pas vraiment et où je n’allais pas danser ni faire d’activité physique, et je n’ai pas mis de déo. Ce qui est quand même dans mes habitudes, je l’admets. Je suis d’ailleurs bien placée pour savoir qu’«au naturel», oui, je vais puer si je m’agite un peu trop. Après deux jours «à jeun», j’ai appliqué le déo Lavilin un lundi soir, en me couchant. J’ai passé les jours suivants à me snifer le «t’sous de bras», pour être sûre que je n’hallucinais pas: eh non, je ne sentais rien! Ce n’est que le vendredi que j’ai senti le soupçon du besoin d’en remettre. Ce que j’ai fait. Et ça a duré comme ça jusqu’au jeudi suivant, donc j’avais déjà pas mal atteint les sept jours promis par la compagnie. Dès le moment où je me suis dit: «Ça y est, l’effet est terminé» et où j’ai réutilisé mon déodorant habituel (parce que j’avais terminé mon échantillon de Lavilin), je me suis remise à sentir «vite» la sueur, et c’était assez évident. Pas besoin d’essayer de deviner en me fourrant le nez sous l’aisselle!

Durant ces quasi deux semaines, j’ai fait du ballet, du vélo, de la danse orientale (parfois en enchaînant le tout), j’ai grimpé de la basse à la haute-ville à Québec, etc. Normalement, en classe de ballet, si j’oublie d’en mettre avant, je dois m’arrêter au bout de cinq minutes pour aller chercher mon déodorant (j’en traîne toujours avec moi, car j’oublie constamment). Et là… Oui, pendant ces deux semaines, j’ai sué, j’ai sué sans arrêt, mais je ne sentais rien. J’ai même demandé à mon chum, qui d’habitude n’a pas la langue dans sa poche pour ce genre de chose: rien. ÇA MARCHE.

C’est vraiment l’option idéale pour les paresseux et les négligents comme moi. Je vais sûrement m’en procurer… quand j’aurai fini les 8 autres bâtons que je traîne depuis nos derniers tests de déodorants. Je déteste gaspiller!

* Je n’ai pas essayé le déodorant pour les pieds inclus dans l’échantillon.

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.