Archives du mot-clé Fruits et légumes

Deux épiceries zéro déchet bientôt à Montréal

Léonie

On entend de plus en plus parler d’épiceries zéro déchet. Le principe est de réduire au minimum l’empreinte écologique découlant du fonctionnement du commerce. Concrètement, ça veut dire des produits en vrac, peu ou pas d’emballage, des sacs réutilisables, etc. Prochainement, deux de ces épiceries verront le jour à Montréal.

Épicerie Loco – Villeray

Loco

4 étudiantes de l’UQÀM, Sophie Maccario (doctorante en sciences de l’environnement), Andréanne Laurin (M.Sc. sciences de l’environnement), Martine Gariépy et Marie-Soleil L’Allier (maîtrise en sciences de l’environnement) ont décidé de relever le défi de mettre sur pied une épicerie zéro déchet, où les clients pourront faire toute leur épicerie sous un même toit. Afin de mener leur projet à terme, les 4 Montréalaises se sont inspirées de Béa Johnson, une pionnière du zéro déchet aux États-Unis. L’Épicerie Loco devrait ouvrir en juin dans Villeray. L’adresse exacte devrait en être dévoilée sous peu. Pour plus d’informations, surveillez leur site Internet et leur page Facebook!

Les filles sont aussi en lice pour une bourse dans le cadre du concours « Entrepreneure coup de coeur », alors si le projet vous emballe (désolée pour le jeu de mots!), prenez une minute pour voter pour leur projet! La date limite du concours est le 17 mai.

Épicerie Vrac et Bocaux – Rosemont

Vrac

Nelly Mermet-Grandfille et Thomas Tiberghien, un couple de Rosemont, ont annoncé l’ouverture prochaine d’une épicerie zéro déchet dans le quartier, probablement en septembre. Promettant plus de 250 produits locaux et bios à prix compétitif, pour la plupart en vrac, Vrac et Bocaux aimerait offrir tout à la même adresse: produits secs, produits frais, fruits et légumes, produits d’entretien, produits corporels… et beaucoup d’autres encore.

Si vous voulez aider Nelly et Thomas, vous pouvez le faire sur Potloc. Vous pouvez également visiter leur page Facebook afin d’avoir toutes les nouvelles concernant leur projet!

Quelques adresses offrant des produits en vrac

Produits nettoyants Lemieux

Frenco

Pomme d’Api

La vie en vrac

Le Vrac du Marché

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook

Publicités

Concours Expo manger santé et vivre vert!

Léonie

Aimée et moi adorons l’Expo manger santé et vivre vert qui a lieu chaque année au printemps. C’est le moment parfait pour découvrir de nouveaux produits et adopter de nouvelles habitudes de vie saine!

Avec 3 scènes éducatives, plusieurs conférences et démos, des centaines d’exposants, dont plusieurs qui offrent des dégustations de leurs produits, l’Expo vous promet de belles découvertes en cette 19e édition!

Plusieurs commerçants en profitent pour offrir aux visiteurs des rabais avantageux sur leurs produits. Je vous conseille d’apporter des sacs réutilisables et votre liste d’épicerie, car vous risquez de revenir bien chargémanger-sante-visuel-evenement.jpg!

Ça vous intéresse d’aller y faire un tour? Nous avons une paire de billets pour Montréal à faire tirer! Rendez-vous sur notre page Facebook pour participer. Le concours prendra fin le 6 mars à 20h. Bonne chance!

C’est le temps des courges!

Léonie

L’an dernier, au lieu d’aller aux pommes, j’ai décidé d’aller aux courges!

Connaissez-vous La Courgerie? En plein cœur de la région de Lanaudière, cette ferme offre des dizaines de sortes de courges différentes. Il est possible d’aller les cueillir soi-même dans leur immense champ ou de les choisir dans leur étable.

IMG_3257La famille Coutu, propriétaire depuis des générations, nous accueille chaleureusement et simplement. Fiston aide au stationnement, maman nous renseigne sur les courges, grand-papa nous fait faire une promenade guidée autour du champ (en tracteur, évidemment !).

Pour faire changement de la cueillette des pommes, je vous suggère d’aller y faire un tour ! Personnellement, je suis revenue avec plusieurs courges, la tête pleine de recettes. Voici ma recette de muffins à la courge buttercup.

Muffins à la courge (environ 18-20 muffins)IMG_3304

  • 1 courge buttercup (environ 3 tasses)
  • 2 œufs (moi, j’ai remplacé par 3 c. à soupe de chia moulu dans ¼ tasse d’eau)
  • 1/3 tasse d’huile végétale
  • 2 tasses flocons d’avoine rapide
  • 2 tasses de farine à pâtisserie
  • 1 tasse de sucre
  • 1 pincée de sel
  • 1 c. à thé de bicarbonate de soude
  • 2 c. à thé de poudre à pâte
  • de l’eau
IMG_3305
Courge Buttercup

Piquez la courge à plusieurs endroits avec une fourchette et mettez-la entière au four à 300 F environ une heure, sur un plateau (je vous suggère de mettre du papier d’aluminium dans le fond du plateau pour éviter les dégâts.) Quand la courge est tendre, sortez-la et laissez-la refroidir un peu.

Lorsque qu’il est possible de manipuler la courge, pelez sa peau, enlevez les pépins et écrasez sa chair dans une assiette jusqu’à ce que vous obteniez une purée.

Dans un grand bol, mélangez tous les ingrédients secs (avoine, farine, sucre, bicarbonate de soude, sel et poudre à pâte.)

Dans un autre bol, mélangez la purée de courge avec l’huile et les œufs (ou les grains de chia dans l’eau pour une version végétalienne) jusqu’à ce que le tout soit uniforme.

Versez le bol de courge dans le bol d’ingrédients secs et mélangez. Ajoutez de l’eau petit à petit, jusqu’à ce que vous arriviez à la consistance désirée. La consistance du mélange devrait moins liquide que celui d’un gâteau.

Versez le mélange dans un moule à muffins et mettez-le au four à 350 F pendant 18-22 minutes, dépendamment de la puissance de votre four.

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Équiterre et le fermier de famille

Léonie

Il y a quelques années de cela, mon ex et moi avions décidé de regarder le documentaire Food Inc. Ce documentaire déplore la production de masse, les mauvais traitements que subissent les animaux, ainsi que les pesticides et les insecticides. Selon plusieurs personnes dans ce film, la solution afin de préserver la planète et d’éviter la surexploitation réside dans les petites entreprises locales et biologiques.

Je me rappelle à quel point nous étions tous les deux bouleversés à la fin du documentaire. Désirant aider cette belle cause, nous avions commencé le soir même à faire nos recherches pour trouver des solutions écologiques et durables. C’est ainsi que nous sommes arrivés sur le site d’Équiterre.

S’appuyant sur le principe du fermier de famille, Équiterre propose des paniers de fruits et légumes biologiques de saison, livrés chaque semaine près de chez vous. En vous abonnant avec Équiterre, vous pouvez choisir parmi les centaines de fermiers québécois produisant une belle variété de produits frais. Certains offrent même des œufs et de la viande.

equiterre
Source: equiterre.org

Comment ça fonctionne

Chaque fermier propose une gamme de produits différents et assure la livraison à un horaire et un point de chute précis. Vous devez choisir parmi les fermiers celui qui convient le plus à vos besoins et à votre horaire. Par l’entremise d’Équiterre, vous vous abonnez à ce fermier en déboursant un montant fixe pour la saison estivale (généralement de la fin juin jusqu’au mois d’octobre). Je sais qu’ils offrent maintenant des paniers à l’année, mais je n’ai essayé que pendant l’été.

Donc, chaque semaine, à un endroit et à une heure précis, vous devez vous déplacer avec vos sacs réutilisables afin que votre fermier puisse vous remettre votre panier. Je crois que certains offrent la livraison à domicile également.

Que trouve-t-on dans notre panier? Des fruits et légumes auxquels nous somme habitués (tomates, concombres, petits fruits, oignons, chou, etc.), mais aussi quelques-uns à découvrir (fleur d’ail, chou-rave, fenouil, etc.).

J’ai adoré mon expérience avec Équiterre. Avoir un panier par semaine nous forçait à manger plus de fruits et légumes. Nous cuisinions plus et nous avions découvert des nouvelles recettes. Le prix par semaine était d’environ 20$ et nous avions un sac d’épicerie bien rempli.

Pour plus de renseignements, visitez leur site internet: www.equiterre.org

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Expo manger santé et vivre vert et CONCOURS!

Léonie

J’ai travaillé plusieurs années à la Pomme d’Api. Et un des moments de l’année que je préférais était celui où nous participions à l’Expo manger santé et vivre vert, au Palais des Congrès.

Ce salon rassemble les artisans, producteurs et détaillants québécois dont la principale mission est d’offrir des produits de qualité et bons pour la santé.

Même si je ne travaille plus dans le domaine de l’alimentation, je vais toutes les années à ce salon. C’est là que j’ai connu les produits du Paradis Végétarien Chi-Ming. Le propriétaire, sympathique comme tout, offrait une dégustation de ses produits. Et, depuis, j’ai adopté cette gamme.

Je crois qu’il est important de savoir ce qu’on ingère et surtout d’essayer de trouver de bons produits pour nous nourrir. Après tout, la nourriture n’est rien de moins que notre carburant! Avec ses 350 exposants et ses trois scènes éducatives, ce salon est un excellent moyen de se renseigner sur les différents produits disponibles en épicerie et d’assister à des conférences concernant les différents sujets liés à l’alimentation et l’environnement.

Plusieurs commerçants en profitent pour offrir aux visiteurs des rabais avantageux sur leurs produits. Je vous conseille d’apporter des sacs réutilisables et votre liste d’épicerie, car vous risquez de revenir bien chargé!

Ça vous intéresse d’aller y faire un tour? Nous avons une paire de billets pour Montréal à faire tirer! Rendez-vous sur notre page Facebook pour participer. Le concours prendra fin le 15 mars à 20h. Bonne chance!

entete-accueuil2Expo mangé santé et vivre vert: au Palais des Congrès de Montréal les 20, 21 et 22 mars et au Centre des Congrès de Québec les 28 et 29 mars. Pour les horaires et tarifs, rendez-vous sur le site officiel: expomangersante.com/site2015/

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Défi 21 jours végétalien

Je vous ai dit il y a deux semaines que je faisais le défi végétalien du Festival végan de Montréal. Le défi est maintenant terminé et je voulais vous partager certaines de mes observations.

C’est la troisième fois que je décide de faire ce genre de défi. J’aime me donner des contraintes et essayer de les respecter. La première fois que j’ai fait ce défi, j’ai arrêté après une semaine. Mais, chaque fois que j’essaie, je deviens un peu plus végétalienne. Juste pour ce progrès, ça vaut la peine de le faire.

Quoi! Pas de fromage?

Presque tous les gens qui font ce genre de défi disent que le plus difficile, c’est de ne pas pouvoir manger de fromage. Même si j’adore le fromage, bizarrement ce n’est pas ce qui m’a le plus manqué. Ce qui m’a le plus manqué, ce sont les œufs. Je peux facilement les remplacer dans les recettes de muffins et dans les gâteaux. Mais pas le matin. Les œufs brouillés au déjeuner m’ont vraiment manqué.

Je sais que plusieurs fermes élèvent leurs poules dans des conditions horribles. Par contre, il est possible de trouver des fermiers qui s’occupent bien de leurs animaux et ne les font pas souffrir. Il s’agit de se renseigner avant d’acheter.

Manger à l’extérieur

Un des plaisirs de la vie, selon moi, est de sortir entre amis au restaurant. Dans certains restaurants, il est facile de manger vegan (sushis, par exemple). Par contre, je dois avouer que j’ai trouvé très difficile de devoir décortiquer tous les plats, de poser des dizaines de questions au serveur et d’éliminer 95% des choix parce que je voulais manger végétalien.

La meilleure solution serait de toujours manger chez soi et de cuisiner avec ses amis. Ça rend la vie sociale un peu plus terne, je trouve.

Les découvertes

Chaque fois que je m’impose la contrainte de manger végétalien, je découvre des recettes que je refais par la suite. Je vous laisse la recette de Pad Thai que j’ai essayée pendant le défi. Simple et délicieuse!

J’ai trouvé cette recette, que j’ai un peu modifiée, sur ce groupe Facebook, mais, malheureusement, je n’ai pas noté le nom de la personne qui l’avait partagée.

Pad Thai Vegan
Pad thaï vegan avec Bok Choy et Kale

Pad Thai végétalien

Sauce:
• 15 oz (une canne) de lait de coco régulier ou léger
• 1/4 tasse de ketchup
• 2 cuillérées à table de sucre
• Jus d’une lime
• 3 cuillérées à table de sauce tamari ou soya
• 1/2 cuillérée à thé de pâte de cari rouge (optionnel)
• 2 cuillérées à table de sauce hoisin (optionnel)
____
• 8 oz nouilles de riz
• 1 ½ cuillérée à table d’huile
• 3-4 gousses d’ail émincés
• 8 oz tofu extra ferme en dés
• 4 oz fèves germées
• 4 oignons verts émincés
• ¼ à ½ tasse de coriandre au goût
• ¼ à ½ tasse d’arachides
• Quartier de lime et coriandre pour garnir (optionnel)

Mélanger les ingrédients de la sauce dans un bol et mettre de côté.

Faire cuire les nouilles de riz selon les instructions de l’emballage.

Dans une casserole ou un wok, faire sauter l’ail, et le tofu dans l’huile jusqu’à ce que le tofu soit doré. Ajouter la sauce et laisser mijoter une minute ou deux, le temps qu’elle devienne chaude. Ajouter les oignons verts, les fèves germées, les arachides, la coriandre et les pâtes cuites et mélanger.

Servir garni de coriandre et d’arachides et de quartiers de lime si désiré.

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

1 mois sans sucre – les observations post-défi

Léonie

Mon mois sans sucre est maintenant terminé et l’heure est au bilan. Voici quelques observations:

Sevrage

On m’a souvent dit que, lorsqu’on arrêtait le sucre, on passait par une période de sevrage. Deux jours après avoir commencé mon défi, j’ai eu un des pires maux de tête de ma vie. Les acétaminophènes, le froid, rien ne m’aidait. À part ce mal de tête, je n’ai pas vraiment remarqué de symptômes physiques.

La deuxième semaine, j’ai trouvé que j’étais naturellement de meilleure humeur que d’habitude. Pendant le jour, j’avais plus d’énergie et, le soir, je m’endormais plus facilement. Je crois que baisser ma consommation de sucre a eu un effet direct sur ces deux derniers points.

Moins de sucre et plus de fruits

Je grignotais souvent le soir: biscuits, crème glacée, bonbons, gâteaux… tout y passait. J’ai remplacé mon snack sucré du soir par des fruits. Moins calorique et plus santé. Un fruit le soir m’aide aussi à m’endormir un peu plus rapidement au coucher qu’une collation sucrée. En 1 mois, j’ai mangé plus de fruits que dans la dernière année. Juste pour ça, ça valait la peine de relever le défi sans sucre.

IMG_0564.JPG

As-tu maigri?

Je n’ai pas beaucoup maigri. Du moins, pas autant que l’entraîneur Maxence Roy l’affirmait. Je n’ai perdu que 3 livres, ce qui est loin des kilos promis. Par contre, ma silhouette a changé un peu et, oui, mon ventre est moins gros.

De son côté, Aimée a maigri aussi. Elle ne peut le quantifier précisément, car elle ne se pèse pas souvent, mais ses vêtements sont vraiment plus lousses (et ça lui fait un peu peur. Elle a menacé de recommencer à manger du sucre pour ne pas avoir à changer de garde-robe!). Par contre, elle a remarqué qu’elle mange généralement moins. Elle non plus ne grignote plus le soir ni entre les repas, et elle n’en ressent même pas le besoin. Même durant les repas, elle n’est pas toujours capable de terminer les portions d’aliments – non spécialement sucrés – qu’elle avalait autrefois et qui lui suffisaient à peine. Et manger du sucre lui donne désormais mal à la tête.

Et maintenant?

Je vais continuer à ne pas consommer de boissons gazeuses et de jus. Je ne vais pas recommencer à acheter des friandises pour éviter de grignoter le soir devant la télé. Je vais acheter du lait d’amande sans sucre, car je me suis habituée au goût maintenant.

Ne serait-ce que pour ces nouvelles habitudes, ça valait la peine de faire ce défi!

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

1 mois sans sucre

Léonie                        

Je me suis promis d’arrêter le sucre pendant un mois. J’en suis à ma quatrième semaine au moment d’écrire ces lignes.

Pour une bibitte à sucre comme moi, c’est un défi de taille. Les règles étaient de couper tous les sucres ajoutés et de limiter ma consommation quotidienne à moins de 15 g, avec une journée de triche par semaine.

Valeurs nutritives

Quoi boire?

Très peu de choix de boissons sont offerts lorsqu’on décide de couper le sucre. Liqueur, jus, cocktail, vin, lait et boissons végétaliennes (soya, amande, etc.) contiennent tous du sucre ou presque. Qu’est-ce que j’ai bu? J’ai bu de l’eau en quantité industrielle, de la boisson d’amande sans sucre et du thé. That’s it.

Quoi manger?

À la maison, j’ai dû couper quelques mets que j’adorais de mon menu : pad thaï, pain aux bananes, à peu près tous les trucs préparés d’avance. Qu’est-ce que j’ai mangé? Voici quelques exemples de plats:

Matin:

  • Smoothie maison au lait d’amande sans sucre et aux fruits
  • Rôtie au beurre de noix
  • Œuf
  • Fruit
  • Céréales soufflées sans sucre

Midi:

  • Salade avec vinaigrette maison
  • Sandwich aux œufs
  • Soupe ou potage maison

Soir:

  • Pâtes avec sauce maison
  • Riz aux légumes
  • Polenta au four
  • Hot dog végé

Collation:

  • fruit
  • fromage
  • noix

 Tricherie

Je me suis permis une tricherie par semaine. La première semaine, ç’a été une pinte de cidre rosé. La deuxième, un blizzard de chez Dairy Queen.

La troisième semaine a été très difficile pour moi et j’ai flanché. Mon erreur a été d’acheter une boîte de Drumstick au supermarché (oui, j’ai un faible pour la crème glacée.) J’ai mangé les 4 cornets en 4 jours (22 g de sucre par cornet.)

De plus, dimanche, je suis allée bruncher avec ma famille et j’ai mangé des crêpes avec du sirop d’érable. Et j’ai eu un mal de tête incroyable après le repas. Coïncidence? Je ne crois pas. Je pense que mon corps a été sevré et que le taux de sucre dans le sirop d’érable (54 g pour 60 ml) a déclenché ce mal de tête. D’ailleurs, Aimée aussi a diminué sa consommation de sucre (mais de façon un peu moins drastique que moi) et, à deux reprises, lorsqu’elle a pris un drink sucré et mangé du pain doré, elle a aussi eu mal à la tête.

Je promets de faire mieux pour ma dernière semaine. Je vous en redonne des nouvelles la semaine prochaine.

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

Le sucre: une maladie?    

Léonie                        

J’ai lu il y a quelques semaines un article troublant, largement partagé sur Facebook, affirmant que le sucre alimentait les cellules cancéreuses. Heureusement, cette information a été démentie par la Société canadienne du cancer depuis.

Par contre, ce n’est pas parce que le sucre ne cause pas directement le cancer qu’il est inoffensif!

Ce beigne contient 28g de sucre (source: dunkindonuts.com)
Ce beigne contient 28 g de sucre et 400 calories (source: dunkindonuts.com).

Les différents noms du sucre 

Je n’ai pas trouvé de tableau exhaustif à vous présenter, mais j’ai quand même monté un petit quelque chose moi-même. Notez que ce tableau n’est pas complet et ne présente pas tous les noms du sucre.

Sucre Édulcorant
Agave Acésulfame de potassium / acésulfame K / E950
Amidon Aspartame
Cassonade Isomalt
Concentré de jus de fruit Isomaltulose hydrogéné
Dextrine Lactitol
Dextrose Mannitol
Extrait de malt d’orge Néotame
Fructose Saccharine
Glucose Sirop de sorbitol
Jus de canne à sucre Sirop de polyglycitol
Lactose Sorbitol
Maltodextrine Sucralose
Maltose Xylitol
Mélasse
Miel
Saccharose
Sirop de fructose
Sirop de maïs
Sirop de malt
Sirop de riz
Sirop de sorgho
Sirop d’érable
Sucre (blanc, turbinado, brut, etc.)
Xylose

Le sucre et la maladie

Le sucre est souvent pointé du doigt, que ce soit lorsqu’on parle des causes du diabète, de l’obésité, des maladies cardiaques ou d’ACV, et j’en passe. Et l’argument suprême pour les filles : selon l’entraîneur Maxence Roy, le sucre est LA raison pour laquelle nous avons du ventre.

Depuis la mort de mon père, décédé un an après avoir été diagnostiqué diabétique de type 2, je me remets en question face à ma relation avec le sucre.

Spoiler alert: c’est une relation malsaine.

Ceux qui sont, comme moi, des bibittes à sucre sauront de quoi je parle. C’est une drogue. On en a besoin et, quand on décide qu’on en veut, on ne pense qu’à ça. Le sucre m’obsède et je ferais tout pour en avoir quand l’envie me prend d’en manger. Quand je suis triste, quand je suis heureuse, je veux manger du sucre.

Plusieurs parlent de dépendance face au sucre. Ai-je une dépendance au sucre? Oui. Et j’aimerais me débarrasser de cette dépendance. J’ai donc décidé de suivre les conseils de Maxence pour 1 mois. 1 mois à couper tous les sucres ajoutés dans la nourriture, à réduire ma consommation de sucre à moins de 15 grammes par jour. Par contre, je me donne droit à une tricherie par semaine.

Je coupe complètement :

  • Sucre, cassonade, miel, sirop d’érable, etc.
  • Liqueur, jus, boisson sucrée
  • Biscuit, muffin, barre tendre et céréales sucrées
  • Pâtisserie, gâteau, tarte, crème glacée
  • Chocolat, caramel, fruits en conserve
  • Compote de pommes et beurre d’arachides sucrés
  • Alcool sucré

Avez-vous déjà essayé de faire une cure de sucre ? Voulez-vous essayer d’en faire une avec moi ? N’hésitez pas à commenter 🙂

À suivre…

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

Manger bio: comment et… pourquoi?

Aimée

«Ça doit te coûter cher!» C’est l’expression que j’entends le plus souvent quand je confie à quelqu’un que j’essaie autant que possible de m’acheter des denrées biologiques. On se préoccupe plus souvent de mon budget que des éventuels bienfaits de cette habitude. D’ailleurs, des bienfaits, y en a-t-il? Et comment le savoir? Est-ce que ça change vraiment quelque chose, l’agriculture biologique, ou c’est juste une manière pour les producteurs de vendre leurs aliments plus chers?

La première personne qui m’a incitée à essayer des produits bios est, croyez-le ou non, une esthéticienne. En voyant que j’avais de petits boutons au visage, elle m’a demandé si je mangeais beaucoup de produits laitiers (oui, surtout du yogourt). Et c’est alors qu’elle m’a dit que les hormones qu’on donne aux vaches (et à tous les animaux qu’on élève dans le but de les consommer ou de leur faire produire des aliments) pouvaient agir sur mon système. J’ai commencé par le yogourt bio, puis le lait bio, puis l’huile bio, et ainsi de suite. Bye-bye pesticides, agents de conservation, etc. Est-ce que je peux vous jurer que c’est à cause de ça que je n’ai presque plus de boutons dans la face? Non. Est-ce que les boutons sont la seule chose qui me préoccupe dans la vie? Oh non.

Peut-être que je suis naïve, mais je crois vraiment que, plus que le sel, le sucre, le gras, alouette, c’est la transformation des aliments qui peut devenir nocive pour nous.

Et, enfin, ce que je répète à tous, c’est qu’acheter, consommer, c’est s’exprimer. Quand j’achète de la farine bio, je déclare quelque chose. Et je pense que ce n’est que si la demande augmente qu’on pourra avoir un choix décent de produits biologiques, et aussi des prix plus raisonnables (on l’espère, quoique le coût de la vie ne semble pas vouloir cesser de grimper). Quoique mon récent périple aux États-Unis m’ait permis de constater que, là-bas, il y a infiniment plus de choix de produits bios, et que c’est presque trois fois moins cher.

Manger bio, c’est assez facile sur le Plateau, mais c’est plus difficile au fond de Pointe-Saint-Charles. Faut que je me déplace… ou que je commande en ligne! (Eh oui, c’est un vrai engagement!)

20140726-191129-69089258.jpg
Ail bio du Québec: ses gousses sont significativement plus grosses et juteuses.

Les fermes Saint-Vincent

Je fréquente leur comptoir du Marché Atwater; on peut aussi trouver leurs produits au Marché Jean-Talon ou directement à la ferme. Comme toute viande bio, la leur n’est pas donnée, mais pour ma part j’ai toujours trouvé qu’elle était de très bonne qualité. De plus, la qualité de vie de leurs animaux d’élevage leur tient à cœur.

Si vous voulez savoir si manger biologique change quelque chose, essayez le poulet. Le poulet bio est plus long à cuire et ne se dessèche jamais. Même quand il est cuit, il demeure juteux. Le goût est différent… meilleur selon moi, évidemment ! 😉

www.saint-vincentbio.com

Le marché bleuet

Il a pignon sur rue sur Notre-Dame, tout près du Marché Atwater. C’est un tout petit marché, fort sympathique, offrant tant des produits non périssables qu’un petit éventail de fruits et légumes bios. On y trouve aussi beaucoup de savons et de produits de beauté.

www.marchebleuet.com

La Pomme d’Api

La Pomme d’Api était au départ une fruiterie de quartier. Avec le temps, cette entreprise familiale est devenue une référence en matière d’aliments naturels et biologiques. En plein cœur de Rosemont, cette épicerie saura combler le grano en vous!

www.lapommedapi.ca

Équiterre

Misant sur l’alimentation locale et biologique, Équiterre vous permet de choisir parmi des centaines de fermiers québécois afin de trouver votre «fermier de famille». Ceux-ci assurent la livraison de paniers de fruits et légumes chaque semaine, et certains offrent également des œufs et de la viande bio.

www.equiterre.org

Marché Tau

Avec quelques adresses à Montréal et aux environs, les Marchés Tau ont réussi à se tailler une belle place dans le domaine du biologique en offrant à leurs clients des fruits et légumes à un prix compétitif.

www.marchestau.com

Branche d’Olivier

Situé à Verdun, le marché Branche d’Olivier a une saveur orientale certaine. En plus du stock biologique – conserves, céréales, pain, produits laitiers –, on y retrouve des épices, des aliments en vrac, des mets d’Inde et du Moyen Orient, de même que des cosmétiques et produits ménagers. Seul bémol: bien qu’on y vende des articles réfrigérés, dont plusieurs sortes de feta frais, on n’y offre pas de fruits ni des légumes. Autrement, c’est vraiment un endroit très complet.

http://mahifa.com

Biomobile

*Malheureusement, étant gérée par la même équipe que Compost Montréal, Biomobile doit cesser ses activités le temps qu’un nouvel emplacement pour le compostage soit déniché. Nous espérons que ce service fort utile reprendra bientôt!

Biomobile est une entreprise québécoise qui livre des produits biologiques (le plus souvent), locaux ou équitables dans la plupart des quartiers du centre de l’île de Montréal. Leur inventaire, qui s’élargit chaque semaine, va bien au-delà des fruits et légumes: on y retrouve pain, œufs, viande bio, conserves, condiments, et même des produits d’hygiène et de nettoyage. Je suis particulièrement contente de pouvoir m’y procurer les produits Lemieux, que j’adore (leur savon à lave-vaisselle écologique est encore plus efficace que les savons ordinaires). De plus, le personnel est très ouvert aux suggestions des clients.

Passez votre commande sur Internet avant le lundi midi, et elle vous sera livrée le mercredi. Des frais de cinq dollars s’ajoutent à la commande; le plus beau, c’est qu’on n’est cependant pas obligé de commander toutes les semaines, et qu’aucun abonnement n’est nécessaire.

Pour aller fouiller sur le site ou commander, c’est ici: www.biomobile.gostorego.com

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.