Archives du mot-clé Huiles essentielles

La Savonnerie des Diligences et ses produits légendaires

Aimée

Cette année, notre visite à l’Expo Manger santé et vivre vert ne nous a pas laissées avec de nouveaux coups de cœur, mais nous a plutôt permis de faire le plein de nos produits préférés et de croiser des visages connus, comme la sympathique équipe des barres NaturPax. Notre véritable rencontre marquante de cette année fut par contre Marie–Eve, propriétaire de la Savonnerie des Diligences! Si vous suivez notre page Facebook, vous savez que je l’ai dans ma mire depuis un petit bout! 😉

IMG_1571
Crédit photo: Léonie Landry

Écolo et engagé

Cette superbe marque, qui attire tous les regards grâce à son graphisme impeccable, se démarque de plusieurs façons, et sa vocation écologique est loin d’être la moindre. Emballages minimalistes, recyclables ou réutilisables sont de mise. La Savonnerie vient d’ailleurs de lancer sa gamme de déodorants en pot de verre zéro déchet, à base d’huile de noix de coco, qui semble-t-il sont très efficaces. J’ai très hâte de les essayer! Une version végane sans bicarbonate est également offerte.

Rapportez votre pot, et vous obtiendrez un crédit de 0,50$. Par ailleurs, 1% des profits de cette gamme sera remis à l’organisme Missisquoi Nord. La Savonnerie offre aussi depuis plusieurs années son soutien à divers organismes de bienfaisance.

Les savons

Mais qui dit Savonnerie dit d’abord et avant tout savons, et vous me connaissez: il n’y a rien que j’aime mieux que des produits pour le bain qui sentent bon! D’ailleurs, depuis que je connais les savons artisanaux tels que ceux-ci ou ceux de La Prétentieuse, j’aime moins ceux de Lush et autres entreprises, même s’ils restent souvent ludiques. Leur odeur est moins alléchante et, surtout, leur texture est plus rêche et asséchante. Ceux-ci sont généralement à base d’huile essentielle et d’huile d’olive. D’ailleurs, la Savonnerie vend aussi ses propres huiles essentielles.

J’ai donc failli virer folle devant l’étalage de produits, en les humant tous compulsivement et en essayant d’en choisir un! Mais, finalement, j’ai été sauvée par les assortiments cadeaux: j’ai pu acheter un paquet de quatre petits savons différents pour satisfaire ma curiosité. Celui que j’utilise depuis est la Sorcière des montagnes, et j’en suis on ne peut plus satisfaite.

Les légendes

D’ailleurs, ce qu’il y a d’encore plus COOL si, comme moi, vous êtes un ou une amoureux-se des mots et des histoires, c’est que chaque savon vient avec sa propre légende! Oui, oui! Chacun porte un nom évoquant un archétype de contes et légendes (sorcière, gitane, fileuse, patriote, etc.), lequel est illustré sur la superbe étiquette. Sur le site de la Savonnerie, cliquez sur le savon en question pour en apprendre plus sur ses propriétés et sa composition, mais aussi lire la légende de ce personnage fantastique, imaginée par l’équipe de la Savonnerie et leur famille! Le tout est de très grande qualité, et super divertissant!

Se procurer les produits

L’atelier, situé dans les Cantons-de-l’Est, offre également des visites guidées, si vous passez dans le coin. Une belle façon d’encourager ces artisans locaux! Sinon, il est très facile de vous procurer les savons et autres produits pour le corps et le visage (déodorants, crèmes, soins hydratants…) en ligne ou dans différentes boutiques, notamment à La Mistinguette, rue Wellington à Verdun, Chez Farfelu sur Mont-Royal et à La Pomme d’Api sur Rosemont à Montréal. Sinon, consultez le moteur de recherche et la carte interactive!

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

Publicités

Spray désodorisant et désinfectant pour le linge

Aimée

Depuis que je fais de la danse orientale sérieusement, je possède plusieurs costumes coûteux et ouvragés dont il faut prendre soin. Pas question de mettre paillettes, pierres et broderies dans la laveuse! Cependant, Dieu sait si danser est une activité «salissante»… Quand on se donne… on sue et on pue, même dans de belles robes! 😉

Ma professeure Amalia m’a alors donné une recette de spray pour entretenir le costume et éliminer autant que possible les bactéries qui causent les mauvaises odeurs: il s’agit de mélanger une part de vodka avec une part d’eau dans un vaporisateur. Vous pouvez utiliser de l’alcool plus concentré et donc moins cher, mais assurez-vous de le diluer à proportion pour éviter d’endommager les tissus. Je vous conseille également de faire un petit test sur un coin de votre vêtement avant de le vaporiser totalement, au cas où le tissu déteindrait ou que les garnitures s’en trouveraient ternies.

Oups! Je suis à court de vodka.
Oups! Je suis à court de vodka.

Pour une meilleure odeur, vous pouvez aussi ajouter quelques gouttes d’huile essentielle. Je choisis la lavande, qui a aussi des propriétés antibactériennes. 🙂 J’ai aussi mis mon spray à profit lorsqu’on m’a donné un vêtement usagé qui avait séjourné chez des fumeurs. Ça m’a pris deux ou trois vaporisations, mais ça a été plus efficace qu’une nuit dehors et un lavage ordinaire. Je suis venue à bout de l’odeur de cigarette.

J’ai également utilisé la solution pour nettoyer mon voile de soie blanc, que je ne peux absolument pas mettre à la laveuse. Je pourrais le laver à la main, vu qu’il ne risque pas de déteindre, mais, pour avoir déjà voulu laver un voile de soie fuchsia, je ne le recommande pas non plus. Bref, mon voile avait jauni aux endroits où il entre en contact avec mes mains, et il était bien entendu un peu sale à force de séjourner sur les planchers de divers studios de danse. Le spray l’a aidé à blanchir un peu. C’est aussi vrai pour mon costume blanc, qui avait de bizarres de spots roses à certains endroits.

DSC_8140
Vade retro, laveuse! Tu ne mangeras pas mon costume de princesse.

Et voilà! N’hésitez pas à me faire part de vos commentaires si vous l’essayez. 🙂

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Le dentifrice: oui, non… pas n’importe lequel

Aimée

Comme je pratique le oil pulling quotidiennement, l’idée d’abandonner le dentifrice me trotte dans la tête depuis un bout. Je ne sais pas si les dentifrices sont vraiment nocifs; il est certain qu’ils ne sont composés que de produits chimiques, mais je suis surtout assez convaincue que l’industrie dentaire en général est un immense racket qui ne vise qu’à nous faire sortir l’argent de nos poches en nous racontant que nous puons tous et que nous n’aurons jamais d’amoureux/d’emploi/de promotion si on ne se brosse pas les dents 90 fois par jour, avec une brosse à dents électrique à quinze têtes, sans oublier de nous servir du rince-bouche et du kit de blanchiment (il n’y a que la soie dentaire qui, par sa simplicité et son principe mécanique, trouve grâce à mes yeux).

Par contre, même si je m’interroge sur le bien-fondé du dentifrice, je ne remets pas en cause le brossage lui-même (mais un brossage excessif peut être nuisible pour les gencives et si vos dents ont une tendance à se déchausser).

Je me suis donc brossé les dents avec de l’eau seulement, pendant une semaine ou deux, essayant de me persuader que les bienfaits de l’huile de coco étaient suffisants pour me débarrasser des bactéries et que la friction ferait le reste. Je ne sais pas si c’est parce que mon cerveau a été lavé dès mon plus jeune âge à l’école, à la maison et par la publicité, mais ça me rendait très nerveuse. À part quelques caries durant mon primaire, je n’ai jamais eu aucun problème avec mes dents (si ce n’est qu’elles sont presque inexistantes tellement elles sont courtes). Je me suis donc mise à paranoïer et je savais que, si j’en venais à avoir des caries ou quoi que ce soit, je m’en voudrais à mort.

J’ai commencé à utiliser du bicarbonate de soude – qui semble revenir dans tous mes articles: c’est pas cher, c’est biodégradable et non nocif, et en plus ça fait à peu près tout! C’est facile d’utilisation et ça a un effet blanchissant agréable, peut-être pas aussi drastique que celui du charbon, mais, conjugué au oil pulling, ça donnait un excellent résultat, à mon avis.

MAIS je suis allée lire sur le site de Passeport Santé à ce propos et il est dit que le bicarbonate de soude est effectivement excellent pour la bouche, mais qu’un usage quotidien est dangereux pour l’émail des dents, et qu’on suggère plutôt un usage hebdomadaire. J’étais donc bien fourrée, si vous me pardonnez l’expression pâtissière.

J’aurais pu utiliser l’huile de tea tree; je l’ai déjà fait lors d’un voyage où j’avais oublié mon dentifrice. Mais, même si je sais que cette huile a plusieurs propriétés enviables, elle goûte vraiment trop mauvais (ça goûte le cali***) et je savais que ça me découragerait.

J’ai donc alterné entre le brossage à l’eau, le bicarbonate et le dentifrice ordinaire pendant des jours, incapable de trancher. Heureusement, un pèlerinage à La Mecque des produits cosmétiques écolos allait me montrer une nouvelle voie : le dentifrice en comprimés de LUSH.

Ce type de dentifrice a en fait été conçu par LUSH pour contourner l’utilisation du tube de dentifrice, lequel est non recyclable – et, on s’entend, impossible à vider. Je suis sûre qu’on gaspille des litres de dentifrice juste pour ça. Donc, il s’agit un comprimé qu’on croque, puis on passe la brosse à dents, ça mousse et ça laisse vraiment une sensation de propreté, en ce sens que les dents semblent ensuite lisses sous la langue. Il est, bien sûr! à base de bicarbonate de soude (employé en plus petite quantité que si on se brosse les dents directement avec chaque jour) et d’huiles essentielles, et se décline en différentes saveurs.

Photo: lush.ca
Photo: lush.ca

Il est certain que c’est difficile d’évaluer les vertus et les propriétés d’un dentifrice, puisque les effets se font sentir à long terme (et, en fait, se font surtout sentir si le dentifrice ne remplit pas son mandat). Il faudra donc que je vous revienne pour vous confirmer si je suis bien dans le droit chemin ou plutôt dans le champ. En attendant, utiliser un produit moins chimique et surtout ne plus jeter de tube à la poubelle fait mon bonheur.

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

À bas la vaginite

Aimée

Voici une recette à base d’huiles essentielles pour fabriquer de petits comprimés à «s’introduire» pour se débarrasser d’une vaginite. Elle m’a été fournie par mon amie Vanessa Charest, qui travaillait à l’époque dans un magasin d’aliments naturels, et je ne saurais dire où elle-même l’a prise; si jamais je trouve une source, je vous l’indiquerai!

Pour plus d’efficacité, je vous recommande de passer à l’action dès les premiers symptômes. Vous pouvez aussi utiliser cette recette en complément à un traitement que vous vous procurerez en pharmacie, afin d’éviter que votre pH ne se débalance trop (car souvent, dans le cas des médicaments, ce qui tue le méchant tue aussi le bon). Par contre, vaut mieux ne pas mélanger les traitements en les employant à la même heure de la journée…

Ces huiles ont des propriétés antiseptiques et favoriseront l’équilibre de votre flore vaginale. Voici la recette de base, que vous pouvez multiplier à votre guise en gardant les proportions.

  • Origanum compactum (origan) – 1 goutte
  • Melaleuca quinquenervia cineolifera (naouli) – 2 gouttes
  • Melaleuca alternifolia (tea tree) – 3 gouttes
  • Cymbopogon martinii (palmarosa) – 4 gouttes
  • Huile de base (coco, olive…) – 1 cuillerée à table
J'ai égalisé les quantités à l'aide d'une paille (sans en mettre dans ma bouche, hein!).
J’ai égalisé les quantités à l’aide d’une paille (sans en mettre dans ma bouche, hein!).

Je vous recommande fortement d’utiliser l’huile de noix de coco pour l’huile de base, car elle-même possède des propriétés antiseptiques et, de plus, elle est à l’état solide à la température de la pièce, ce qui aide les comprimés à se figer. Vous n’avez qu’à faire fondre l’huile de noix de coco (quelques secondes au micro-ondes) et à la mélanger aux autres huiles. Verser le tout dans un petit moule style suppositoire (vous pouvez prendre des moules à glace, mais n’en mettez qu’au fond, sinon vous vous retrouverez avec des comprimés géants!). Faire figer le tout au frigo une heure au moins avant usage, et conserver au frigo ou au congélateur dans un plat fermé ou recouvert d’une pellicule plastique. Une ou deux applications par jour, et continuez quelques jours après la disparition des symptômes, comme tout traitement contre la vaginite qui se respecte!

Les inconvénients: 1- Si vous n’avez pas déjà ces huiles en votre possession, ça risque de vous coûter une beurrée. MAIS : vous en aurez pour des tonnes et des tonnes de comprimés, et elles s’utilisent facilement dans plein d’autres situations (oil pulling, traitements contre la cellulite, les ulcères buccaux, le pied d’athlète, les boutons…). 2- C’est de l’huile: il ne faut pas oublier que, dès qu’elle sera en contact avec votre corps, elle va fondre. C’est pourquoi je vous conseille de ne pas faire de gros comprimés, pour ne pas vous noyer dedans. Je vous recommande aussi fortement de vous étendre avant l’application (au coucher, c’est l’idéal), et de porter une serviette hygiénique (pour ma part, j’utilise des serviettes lavables en chanvre dont je suis vraiment satisfaite et dont je vous reparlerai). Je ne saurais trop insister sur ce dernier point: ne vous dites pas «ah, ça va être correct», parce qu’une mare d’huile dans un lit, c’est vraiment dégueu (et tenace).

Sur Google, on trouve une infinité d’autres recettes que vous pouvez expérimenter aussi. Si vous avez d’autres trucs, n’hésitez pas à les partager ici! 🙂

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

Respirer par le nez

Aimée

Si vous êtes comme moi, vous ne respirez que rarement par le nez, ou alors partiellement. Rhumes l’hiver, allergies dès les premiers signes du printemps jusqu’à la mi-automne… À part dans mes cours de yoga, je pense que je respire à 15% par les narines. Respirer par la bouche, c’est nettement moins élégant, surtout quand on fait du vélo dans le temps des mannes ou qu’on se réveille dans une piscine de bave.

Avoir le nez bouché est incommodant et peut nuire à la qualité du sommeil. Je n’ai pas trouvé LE truc pour respirer librement – j’ai essayé le rinçage de sinus quotidien; pas super agréable, et, même si ça fait sortir du méchant, apparemment ça ne suffit pas et j’ai donc abandonné. Quelques astuces arrivent toutefois à me soulager pour un certain temps.

IMG_0562.JPG

L’huile essentielle d’eucalyptus

Un brûleur, quelques gouttes diluées dans un peu d’eau vont vous inciter à vous moucher. Pour ma part je trouve l’odeur agréable et j’aime bien allumer la petite chandelle (on se fait plaisir comme on peut!).

Le massage

Léonie m’a communiqué cet excellent lien: on y détaille un massage facial qui prend à peine deux minutes, facile à exécuter en tout temps et en tout lieu. Ça fonctionne très bien, mais il est fort probable que vous ayez à le répéter au cours de la journée.

Je vous traduis librement le propos ici, vu que c’est en anglais:

  1. Effectuez de petites rotations avec vos index sur le bord de vos narines, de manière à boucher celles-ci. Continuez pendant dix secondes.
  2. Imprimez la même rotation juste en haut des coins internes de vos yeux, pendant vingt secondes.
  3. Appuyez légèrement sur vos pommettes pendant une dizaine de secondes.
  4. Ensuite, passez vos index sur vos joues en direction de vos oreilles, en appliquant une pression tout le long. Répétez pendant vingt secondes ; pendant ce temps, maintenez aussi une pression juste derrière vos oreilles (je le fais avec mes pouces pendant que je masse mes joues).
  5. Enfin, massez vos lobes d’oreilles pendant une trentaine de secondes. Cette dernière étape a aussi un effet calmant.

http://www.5-minutes.net/how-to-clear-a-blocked-nose/

Baume décongestionnant d’Origina

J’ai une espèce de relation affective au Vicks. Quand j’étais petite, ma mère et ma grand-mère m’en mettaient sur la gorge quand j’étais malade. J’ai toujours adoré la sensation que ça procurait et j’ai continué à m’en appliquer même adulte, quand j’avais mal à la gorge, plus par désir de réconfort que parce que je croyais que ça faisait une différence.

Mais j’ai récemment découvert le baume décongestionnant d’Origina, une marque 100% québécoise soucieuse de la nature et du développement durable. C’est le même principe que le Vicks, mais en plus naturel et en terriblement plus efficace. Dès l’application, je sens mes canaux nasaux s’activer jusque dans mes oreilles. Ça sent bon, ça sent fort, et ça a la même sensation réconfortante. J’adore.

http://www.dorigina.com/fr/beaute/produits/baume-decongestionnant

N’hésitez pas à nous partager vos propres trucs et astuces! Et bonne chance pour la saison de l’herbe à poux!

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.