Archives du mot-clé Méditer au travail

Tenter la méditation 2: méditer partout, tout le temps, même au bureau!

Aimée

Il y a quelque temps déjà, je vous parlais de mes efforts pour pratiquer la méditation de façon plus régulière, notamment en essayant l’application pour téléphone Calm. Même si celle-ci a plusieurs bons côtés, j’ai trouvé difficile d’y avoir recours assidûment.

Le manque de temps

Pour beaucoup de personnes, c’est un prétexte souvent invoqué lorsque vient le moment d’adopter de nouvelles habitudes qui, pourtant, on le sait, auront de belles répercussions à long terme sur notre mode de vie.

Je n’ai pas d’enfant et je travaille à la maison; pourtant, je trouve difficile d’insérer dans mon horaire des plages fixes de méditation. Le matin et le soir, mon chum est avec moi, ce qui rend la période de méditation plus difficile, même s’il est au courant de ce que je fais. Le jour, mon emploi du temps est chargé, souvent par des échéances à respecter au travail, plusieurs cours et projets de danse (en groupe, en solo), mes projets d’écriture personnels, etc. Prendre une certaine période pour m’adonner à autre chose que travailler équivaut souvent à reporter les tâches, qui s’accumulent et finissent par déborder le soir ou la fin de semaine. Ou, alors, les journées de travail sont plus courtes et la paie s’en ressent.

Les huit branches du yoga

C’est pourquoi j’ai trouvé très intéressante cette suggestion que j’ai dénichée dans le livre Yoga Wisdom at Work: Finding Sanity off the Mat and on the Job, de Maren et Jamie Showkeir. Le concept de l’ouvrage est d’explorer les huit branches de la philosophie du yoga – le code moral [non-violence], la conduite personnelle, les poses, la respiration, le retrait des sens, la concentration, la méditation et l’union «englobante» (scusez, je traduis moi-même) – et de voir comment leurs préceptes peuvent s’appliquer à la vie de bureau. Et, quand je dis «vie de bureau», je parle vraiment de la vie en entreprise, avec des collègues et un patron, qui ne reflète pas vraiment ce que je vis moi-même.

41rkpsxk2-l-_sx322_bo1204203200_
Désolée pour la mauvaise qualité de l’image!…

Parenthèse: on voit ainsi que les fameuses poses et ce qu’on explore dans les cours purement physiques de yoga ne représentent finalement qu’une branche sur huit!

Méditer… en trois secondes!

Donc, en ce qui concerne la méditation, les auteurs partagent le concept d’un de leurs collègues, Noah Blumenthal, qui a mis au point une méthode de méditation en trois secondes qu’il applique à de nombreuses reprises tout au long de sa journée de travail. Pour sa part, il utilise une minuterie qui lui rappelle de s’y mettre toutes les quinze minutes. Personnellement, je trouve cela un peu trop. J’y vais un peu plus instinctivement: quand je sens que je dérive, je m’arrête quelques secondes.

Voici les étapes à suivre:

  1. Prendre une grande inspiration par le nez – important, car cela permet de ralentir la respiration, ce qui en retour aide à ralentir le rythme cardiaque.
  2. Scanner rapidement son corps, en recherchant les zones de tension et essayant de les détendre.
  3. Déclarer son intention, par exemple: concentrationrelaxationefficacitéouverturepatience, présenceénergie, etc.
  4. Expirer lentement par la bouche.
  5. Sourire! 🙂

Le motif qui sous-tend cette pratique est celui de carrément «reprogrammer» le cerveau en le conditionnant et en l’habituant à la patience et à la joie (d’où le sourire).

Mon expérience

J’admets que, si je n’applique pas ce principe tous les jours, cela me permet de retrouver une certaine concentration quand j’en ai besoin. C’est peut-être un effet placebo, mais ça me donne l’impression que je peux y arriver, et ça me fait également sentir plus mal de niaiser!

Le gros avantage, c’est qu’il s’agit de quelque chose de très discret (pas besoin de parler à voix haute), qui se pratique partout, et surtout de facile, qui ne demande pas des semaines d’entraînement. Par contre, je pense que, pour obtenir l’effet de conditionnement recherché, il est préférable de s’y adonner avec régularité. Ensuite, vous pourrez y avoir recours au besoin, par exemple dans une file d’attente ou lors d’une discussion enflammée, et votre corps s’autorégulera par habitude.

1401900740152
Source: yogawisdomatwork.com

Si ce genre de suggestion vous intéresse, et que vous lisez l’anglais, je vous recommande fortement ce livre, car il recèle plusieurs trucs et considérations facilement applicables dans la vie quotidienne. Cela permet en plus de se familiariser davantage avec la philosophie globale du yoga, que pour ma part je n’avais qu’effleurée auparavant.

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Publicités