Archives du mot-clé No poo

Tannés de vous laver les cheveux? Essayez le shampoing sec!

Léonie

Je déteste me laver les cheveux. Comme j’ai une chevelure abondante, c’est long et il faut absolument que je les sèche si je ne veux pas que mes cheveux soient humides et pleins de frisottis.

Plusieurs études ont prouvé qu’il est préférable pour la santé du cheveu de ne pas le laver trop souvent. Certaines personnes préconisent même le No Poo, ce mouvement qui consiste à ne plus se laver les cheveux du tout. Je ne suis pas rendue assez loin dans mon cheminement personnel pour essayer cette méthode, mais j’aime bien trouver des moyens de réduire la fréquence des shampoings.

Mes cheveux ne deviennent pas gras trop vite. Généralement, je peux me laver les cheveux tous les 2 ou 3 jours sans problème.

Puis, j’ai essayé le shampoing sec.

Grâce à des agents absorbants, le shampoing sec permet d’enlever le gras de vos cheveux et de reculer d’une journée le besoin de se les laver.

Plusieurs compagnies offrent des shampoings secs, mais je voulais vous parler de mon petit chouchou: À sec de Lush. Fidèle à lui-même, Lush offre un produit écologique avec très peu d’ingrédients chimiques. Sous forme de poudre, le produit doit être appliqué sur la racine des cheveux, laissant une douce odeur d’agrumes.

Comme la poudre est blanche, il se peut que la couleur de vos cheveux change un peu. Pour minimiser cet effet, je vous suggère de l’appliquer le soir avant de vous coucher. Le temps fera le reste et, au matin, il ne devrait pas rester beaucoup de poudre. Sinon, il est aussi possible d’utiliser le séchoir pour enlever le superflu.

De plus, si vous êtes comme moi et que vous aimez les coiffures hautes, le shampoing sec peut vous aider à vous coiffer en plus de «laver» vos cheveux. En effet, il est beaucoup facile de créer des coiffures hautes ou bouffantes lorsque les cheveux ne sont pas humides.

Si vous n’êtes pas prêts à débourser pour un shampoing sec, il est toujours possible d’utiliser de la poudre de talc ou la fameuse poudre pour bébé. Vous aurez le même effet pour une fraction du prix!

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.  

Publicités

Un mois sans shampoing 3: la conclusion

Aimée

Pour lire la première partie de cette expérience et sur ma tentative de me laver les cheveux avec du bicarbonate de soude, c’est ici.

Pour le début du mois 100% sans shampoing, à partir du 14 juin: Un dernier vrai shampoing.

Jour 27: 11 juillet

Eh oui! J’ai sauté un bon bout, depuis le 21 juin! C’est qu’à partir de ce moment, je n’ai plus vraiment observé de changements. Mes cheveux ne sont pas gras; par contre, ils n’ont pas l’air débordants de santé non plus. Ils sont ternes, sans plus.

 

Pas besoin de produit coiffant quand on n'utilise plus de shampoing.
Pas besoin de produit coiffant quand on n’utilise plus de shampoing.

Ces quelques semaines m’ont permis de faire quelques constats:

1- Il ne faut absolument pas sauter un jour de rinçage de cheveux, car, le lendemain, ça ne pardonne pas.

2- Je me débrouille très bien sans shampoing sec, sauf si je me mets de la crème solaire – d’autant plus que j’utilise de la crème au filtre physique, qui a donc besoin de rester à la surface de la peau pour être efficace et bloquer le soleil. S’enduire la face d’un produit gras a un effet sur les cheveux, c’est plutôt compréhensible, et c’est dans ces circonstances que j’ai eu recours au shampoing en poudre.

3- On peut se passer de shampoing, mais on n’est pas beau pour autant.

Je suis surprise de voir que ma production de sébum a réellement diminué; toutefois, ça ne me convainc pas d’arrêter de me savonner les cheveux pour de bon. Je ne suis pas une maniaque de la coiffure, mais, des fois, moi aussi je veux avoir de beaux cheveux qui brillent (même si ça dure juste deux heures dans mon cas).

Fin: dorénavant

La journée où j’ai recommencé à me laver les cheveux, mes cheveux sont redevenus gras. Pouf! En un clin d’œil. Il semble qu’on ne s’en sorte pas: il faut soit carrément s’abstenir, soit se laver les cheveux sans arrêt. Se les laver uniquement de temps à autre ne semble pas une solution viable, du moins pas pour moi.

Je penche donc pour, à long terme, essayer des recettes de shampoing maison, me procurer des produits plus naturels. Et me laver les cheveux à la fréquence qui ME convient. Fi des dogmes capillaires!

Après un mois sans shampoing, mes cheveux ont-ils l'air sales? Pas vraiment. Mais ont-ils l'air propres?...
Après un mois sans shampoing, mes cheveux ont-ils l’air sales? Pas vraiment. Mais ont-ils l’air propres?…

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

Un mois sans shampoing 2: un dernier vrai shampoing

Aimée

Pour lire le début de cette expérience et sur ma tentative de me laver les cheveux avec du bicarbonate de soude, c’est ici.

Le jeudi 12 juin, je vais chez ma coiffeuse, qui rafraîchit ma coupe avant mes vacances. Je n’ose pas lui parler de mon essai de me passer de shampoing, parce que je sais d’expérience que, quand tu touches au domaine professionnel de quelqu’un, c’est comme si tu critiquais une secte. Je ne pense pas que ma coiffeuse soit très portée sur les sermons, mais je n’ai pas pris de risques.

Cependant, comme elle m’a mis un produit «texturisant» dans les cheveux, je me suis dit que je serais mieux de les laver une fois avant de repartir à neuf pour mon mois sans shampoing. Je ne voulais pas que des résidus de produits coiffants faussent mes données (et je venais d’aller au Lush m’acheter un shampoing J’adore les jus, et je voulais l’utiliser). Le samedi 14 juin, je me suis donc fait mon dernier shampoing pour un mois. Dans la douche, j’avais vraiment l’impression que se laver avec du shampoing qui mousse est une expérience sensuelle hors de prix dont il faut profiter, et je me suis dit que j’allais trouver le mois long.

Les règles, à partir de ce moment: juste un rinçage à l’eau, au pire du shampoing sec si jamais il faut éponger un peu de gras (vu que ça ne modifiera pas mon pH ni rien).

Jour 3: mardi le 17

Je suis surprise de constater que mes cheveux tiennent quand même bien le coup. Les résultats que j’obtiens sont comparables à ceux que j’avais avec le bicarbonate de soude. Évidemment, ils n’ont pas l’air propres propres, mais ils n’ont pas l’air dégueus non plus. Quand je les rince en prenant ma douche, ça leur donne un peu de pep. Je m’attendais à ce que ce soit plus gras plus vite. En plus, depuis que j’utilisais le bicarbonate de soude le fond de la tête me piquait, mais là non.

Léo trouve que c’est une drôle d’idée de faire ce test l’été, vu qu’on sue et tout. Moi je trouve que ça fait un bon camouflage: au lieu d’avoir l’air de quelqu’un qui se lave pas, je vais avoir l’air de quelqu’un qui a très chaud.

Pour moi, c'est quand même assez inusité, un toupet pas en épis graisseux.
Pour moi, c’est quand même assez inusité, un toupet pas en épis graisseux collés dans le front.

Jour 5: jeudi le 19

Je commence à faire plus dur. Mes cheveux tiennent très très bien en l’air tout seuls, sans produits coiffants. Je ne suis pas encore au stade où je pense que le shampoing sec sera nécessaire, mais disons que j’ai conscience de ne pas être très à mon avantage.

Jour 7: 21 juin

Ici commence à se manifester la combinaison: cheveux gras + clairsemés + fins – shampoing = cuir chevelu très exposé. Vous savez, quand les cheveux couverts de sébum s’agglutinent en espèces de mottes? On voit des spots blancs sur ma tête. Par contre, ça ne me pique toujours pas.

À ce stade, tout ce que je peux conclure, c’est que me passer carrément de shampoing est pour moi plus efficace et confortable que le bicarbonate de soude. Par contre, pour l’instant je ne suis pas ébahie par l’efficacité de cette technique. Je me sens comme une fille qui porte une jolie robe avec des sabots Crocs orange: pas très féminine malgré mes autres attributs. Je continue tout de même, parce qu’il ne faut pas oublier que c’est censé prendre un mois pour que le corps «s’adapte».

À SUIVRE (ET À TERMINER)!!

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.

Un mois sans shampoing 1: le départ

Aimée

Je fais mon coming-out (c’est fou ce que ce genre de blogue demande comme humilité: faut que je vous parle de mes petits bobos et de tous ces trucs dégueus qui font partie de moi): j’ai les cheveux les plus gras de tous les temps. Par exemple: je me lave les cheveux le matin, ils sont sales le soir. Je me lave les cheveux le soir, je me lève avec les cheveux gras le lendemain. Les choses se sont heureusement un peu améliorées depuis que j’ai une pixie cut et que j’ai finalement arrêté d’utiliser du revitalisant.

Une des choses que j’ai entendues le plus souvent à ce sujet est: «Tu te laves trop les cheveux.» Premièrement: c’est faux, je ne me lave pas compulsivement les cheveux. Si vous ne le savez pas encore, apprenez que je suis très paresseuse et que, vu que je travaille chez nous, je ne me lave pas les cheveux à la moindre occasion si je suis pour rester enfermée toute seule. Deuxièmement: au début de ma vingtaine, je me teignais les cheveux avec du Punky, vous savez cette teinture très flash qui déteint quand tu la regardes et qui finit par recouvrir les murs de ton appart, en plus de ton linge, ton bain, tes draps et tes serviettes? Dans un effort désespéré pour que mes cheveux ne perdent pas leur couleur, je les lavais deux fois par semaine gros max, et ça a duré au moins un an. Est-ce que ma production de sébum a diminué? Oh que non! Pour vous dire, un de mes collègues de travail pensait que je me mettais du gel dans les cheveux. Pour de vrai. Je vous jure.

À ce qu’il paraît, la clé est de ne pas utiliser de shampoing pendant un mois et de se rincer les cheveux, tout simplement. Au bout de trente jours, le corps est censé avoir retrouvé son «équilibre naturel».

Comme en plus d’être gras ils sont fins et clairsemés, et que je déteste me coiffer de toute façon, je ne suis pas très attachée à mes cheveux. Vous découvrirez aussi que je suis assez peu attachée à mon apparence en général. Je suis donc la candidate idéale pour faire le test du mois sans shampoing. Après tout, les chapeaux et les fichus, ça existe, non?

Dans RRRrrrr d’Alain Chabat, la tribu des Cheveux sales était prête à se battre pour obtenir le secret du shampoing!

Première étape: le bicarbonate de soude

Le bicarbonate de soude est apparemment magique et possèderait toutes les vertus. J’ai lu d’excellents commentaires sur Internet sur le fait de l’employer comme shampoing; une fille a même écrit sur son blogue qu’elle s’était lavé les cheveux au bout de quatre jours uniquement parce que sa conscience lui disait que ça n’avait pas de bon sens de continuer comme ça.

Le défi pour moi a d’abord consisté à trouver le juste dosage: il faut mettre assez de bicarbonate, mais pas trop d’eau pour arriver à faire une pâte qu’on peut contrôler et dont on peut se tartiner efficacement la chevelure. Je me douche le soir, avant de me coucher; le matin, quand je me lève, mes cheveux ont — fait rarissime — du volume, ou du moins du corps: je peux les mettre dans les airs et ça tient tout seul. Ils ont l’air corrects, mais, au long de la journée, ils commencent à devenir gras, surtout en dessous. Ce n’est pas exactement un succès retentissant.

Mais je ne suis peut-être pas un exemple type: comme je l’ai mentionné plus haut, j’ai le sébum extrapuissant. Peut-être que, si vous avez des cheveux normaux, ou secs et que vous accompagnez le lavage au bicarbonate de soude d’un traitement hydratant, cela vous conviendra. Bref. J’ai continué plusieurs jours pour voir s’il y aurait une amélioration — si mes cheveux «s’accoutumeraient» et que le pH de mon cuir chevelu se rétablirait comme par magie. Au bout d’une semaine, la réponse est: j’en doute fortement.

Bref, pour moi, ça va plutôt rester une solution de dépannage si je manque de shampoing un jour.

Me voilà donc prête pour la grande aventure… Je ne me lave plus les cheveux (en tout cas, pour un mois!). Curieuses? Revenez faire un tour pour savoir comment ça se passe.

À SUIVRE!!

Pour ne rien manquer de nos publications, aimez notre page Facebook.